NOUS FAISONS DE CE PROCÈS LE NÔTRE
 

 

« L’homme vraiment civilisé doit comprendre que son intérêt propre
se confond avec l’intérêt de tous et celui de la nature elle-même. »

Élisée RECLUS
cité par Angélique au procès des malfaiteurs de Bure

 

TRIBUNE – Au procès de Bure,
nous sommes toutes et tous des malfaiteurs !

Ce texte paraît simultanément sur Reporterre, Bastamag,
Mediapart, Politis, Lundi Matin, Terrestres, Contretemps et Libération.

En juin, cela fera 4 années que les portes des opposant·e·s au projet CIGEO d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure ont volé en éclat sous les coups de boutoir d’une instruction pour « association de malfaiteurs ».

Vingt domiciles perquisitionnés, dix militants et militantes interdits de se voir pendant 2 ans et demi, 100 téléphones placés sous écoute, 16 années cumulées de communications enregistrées, des balises posées sous des voitures, un escadron de gendarmes mobiles harcelant les habitants et habitantes au quotidien…

Cette scandaleuse traque d’État a tenté de paralyser ce mouvement de lutte vieux de 30 ans contre le plus gros projet industriel européen, dont les risques sont connus. 

Le 1er, 2 et 3 juin se tiendra le procès des inculpé.e.s « malfaiteurs » de Bure. Nous, universitaires, artistes, autrices, journalistes, syndicalistes, enseignant·e·s, agriculteur·trice·s, éditeurs, musicien·ne·s, humoristes, auteurs de bande dessinées, activistes, comédien·ne.·s, réalisatrices, architectes, scientifiques, élu·e·s, ami·e·s, affirmons notre profonde solidarité.

Lire la suite de cette Tribune

 
 

Pour la défense, le procès de Bure profite à «l’État nucléaire»
par Laury-Anne CHOLEZ, Reporterre (4 juin 2021)

Lors de la troisième et dernière journée du procès des sept militantes et militants antinucléaires opposés au projet Cigéo, le procureur a requis une peine de prison ferme et d’autres assorties de sursis. Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont insisté sur la disproportion entre le dérisoire des faits reprochés et les moyens titanesques de l’enquête. (...) Ce procès pourrait profiter à ce que les avocats ont nommé à plusieurs reprises « l’État nucléaire », qui a mobilisé des moyens titanesques contre les opposants au projet Cigéo. Le jugement sera rendu le 21 septembre.

Lire ce texte

 

L’Enfouissement de la Contestation
par David LURINAS, Homo nuclearus (8 juin 2021)

La radioactivité des combustibles usés décroit au fil des ans. Contrairement à la tension entre l’État et les contestataires au projet Cigéo au cours du temps. C’est que ce projet d’enfouissement des déchets les plus dangereux revêt une importance cruciale pour le secteur nucléaire, et donc les gouvernements français successifs. Il en irait d’un intérêt supérieur et cela justifierait le sacrifice de certains. Pour les besoins impérieux d’un stockage en profondeur, la France s’assoit-elle sur la démocratie et un de ses corollaires, le droit à manifester son opposition ? Le procès qui vient de se tenir pourrait éclairer sur la situation de la critique du Nucléaire en notre pays.

Lire ce texte

 


© AMBE

 

Tous à Bure !
en soutien au procès des opposant·e·s au projet Cigéo

« Association de malfaiteurs » : derrière ce chef d'accusation et la lourde instruction qui aura duré 4 ans, c'est bien l'engagement contre la poubelle nucléaire qui est visé. Pour cette raison *nous faisons de ce procès le nôtre*, celui de tou·te·s celles et ceux qui par leur engagement et leur histoire sont relié·e·s à la lutte de Bure. C'est le procès de la lutte contre Cigéo, contre le nucléaire.

Le collectif ADN s'associe à la Coordination Stop Cigéo
pour appeller à venir les 1, 2 et 3 juin en soutien aux sept inculpé·e·s et à la lutte contre Cigéo.

Plus d'informations

Nous sommes tous des malfaiteurs

Espace covoiturage / Formulaire d'accueil

Et cet été à Bure, les 16 / 26 août : Les Rayonnantes


Affiche du Mouvement vers Bure, 2001

 

 

 
VOIE DE GARAGE

 

Les déchets nucléaires issus des centrales
et le projet CIGEO

par Élisabeth BRENIÈRE (juin 2020)
avec la participation de Marie-Christine GAMBERINI

À ses débuts, l’industrie nucléaire française a nié le problème des déchets radioactifs. Puis elle a prétendu qu'elle trouverait une solution. Mais d'une part la pression des critiques, d'autre part l'échec de la transmutation ainsi que l'exigence politique d'une prise en charge financière du devenir de ces déchets ont pesé en faveur de la recherche d'une solution de stockage définitive. Il fallait en particulier intégrer dans les coûts du kWh électrique produit les provisions pour les modes de gestion et de dépollution retenus. (...)

Lire ce texte

Télécharger ce texte

 

Positionnement du collectif ADN sur les déchets nucléaires du 14 oct. 2020

Contrairement aux promesses initiales de l'industrie nucléaire, aucune manière satisfaisante de régler le
problème des déchets radioactifs – à vie longue en particulier – n'a été trouvée depuis trois quarts de siècle.
(...)

Lire ce texte Télécharger ce texte
 

Ne poursuivons pas sur la voie sans retour
du stockage géologique des déchets radioactifs

Le Collectif ADN cosigne la Tribune commune du Front Associatif et Syndical contre Cigéo

Tribune publiée dans Le Monde du 5 février 2021

 

En août 2020, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) avait déposé un dossier en vue d’obtenir la déclaration d’utilité publique (DUP) pour Cigéo, projet d’enfouissement des déchets radioactifs les plus dangereux à Bure, dans la Meuse. Le 13 janvier, l’Autorité environnementale [instance indépendante créée en France en 2009, conformément au droit européen de l’environnement], a rendu son avis sur l’étude d’impact globale de l’Andra, soulignant de nombreux oublis ou lacunes et demandant des études complémentaires.

L’Autorité environnementale confirme ainsi nos doutes. Une vigoureuse opposition ne cesse d’alerter, depuis 1987, sur les risques immenses du stockage géologique des déchets radioactifs. L’avis de l’Autorité environnementale corrobore ce que dénoncent des milliers de citoyens, d’élus et de scientifiques indépendants depuis des années, sans être véritablement entendus. (...)

Lire la suite de cette Tribune

Nucléaire et surveillance de masse
par Reporterre et Médiapart (avril-juin 2020)

Cinq enquêtes (avec celle-ci) sur la surveillance judiciaire du mouvement antinucléaire de Bure.
Voir aussi "
Fin de l'enquête à Bure" (4 déc.), et "Les militants enfin libres de se voir" (23 déc.).

 

La société POMA fabrique des funiculaires,
à Bure elle veut enfouir des FÛTS NUCLÉAIRES !

Le Collectif ADN s'associe à la campagne
« 
Projet Cigéo : POMA, Désengage-toi !
» 

Lire le communiqué commun

 

 


© AMBE