JOURNÉES D'ÉTUDES ADN 2021

 

« Le XVIIe siècle a été le siècle des mathématiques, le XVIIIe celui des sciences physiques, et le XIXe celui de la biologie. Notre XXe siècle est le siècle de la peur. On me dira que ce n’est pas là une science. Mais d’abord la science y est pour quelque chose, puisque ses derniers progrès théoriques l’ont amenée a se nier elle-même et puisque ses perfectionnements pratiques menacent la terre entière de destruction. De plus, si la peur en elle-même ne peut être considérée comme une science, il n’y a pas de doute qu’elle soit cependant une technique. »

Albert CAMUS, « Ni victimes ni bourreaux », Le siècle de la peur, Combat, nov. 1946

 

 

8, 9 et 10 octobre 2021
au Lycée autogéré à PARIS
393 rue de Vaugirard 75015
(Métro ligne 12 Convention ou Porte de Versailles)

 

Journées d'études ADN

Buts de ces journées

  • favoriser des échanges entre personnes d’âges et d’horizons divers, élèves du LAP, militants contre CIGEO, contre le réchauffement climatique etc., et des militants antinucléaires ;
  • partager et actualiser nos connaissances sur les questions du nucléaire ;
  • réfléchir aux actions communes, élaborer collectivement des stratégies pour arrêter le nucléaire.

Le Lycée autogéré de Paris(LAP) prête gracieusement ses locaux pour l’occasion :

  • dans la perspective de cette rencontre des élèves et des enseignants du LAP  travailleront la question du nucléaire en liaison avec les programmes scolaires ;
  • ceux qui le voudront bien assisteront aux journées.

Télécharger
le programme
et bulletin d'inscription


Télécharger l'Affiche des Journées d'études 2021 (jpg - 8 Mo)
Télécharger la matrice pour imprimer des Flyers (pdf)

Au café Molière
une chanson d'Anne MEYSSIGNAC
PROGRAMME JE 2021

Vendredi 8 octobre
À partir de 17h - accueil au Lycée Autogéré de Paris (LAP)

19h Repas assuré par les membres du LAP
20h30 Conférence gesticulée de Marie Béduneau « Auto-Stop Bure » (1h), puis débat.
23h Fermeture des portes.

Samedi 9 octobre
Thème : Nucléaire et Climat

9h30 Présentation des groupes participants
10h Le nucléaire est-il un remède au réchauffement climatique ?
Présentation en plénière d’un état des lieux et Discussion en ateliers des arguments
13h Repas
14h30Ateliers L’industrie du nucléaire face à son avenir
- la servitude électrique
- le recours au gaz 
- les prétendues "solutions" avancées pour le maintien du nucléaire.
- les positions des principales forces politiques et associatives sur le devenir du nucléaire
et les réponses des partisans de l’arrêt du nucléaire.
17h Plénière et restitution
19h30Repas
SoiréeSous forme de forum : questions/réponses sur le nucléaire
23h Fermeture des portes.

Dimanche 10 octobre
Thème : Nucléaire civil et nucléaire militaire / Travailleurs du nucléaire

9h30 Liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire
puis - Les travailleurs du nucléaire
12h Plénière, restitution et bilan
13h Repas
14h30Réunion réservée aux membres d’ADN pour discuter du fonctionnement interne du Collectif


DOCUMENTS PRÉPARATOIRES JE 2021

Arguments contre l'inclusion du nucléaire dans la taxonomie européenne
et pour son exclusion de toute politique à visée écologique

 

proposés par François VALLET (sept. 2021)

La taxonomie verte européenne, vise à faciliter les activités qui contribuent significativement à au moins un des six objectifs environnementaux de l’Union Européenne (atténuation du changement climatique, adaptation au changement climatique, utilisation soutenable de l’eau et des ressources marines, économie circulaire, prévention des pollutions, écosystèmes en bonne santé), sans nuire considérablement à un autre objectif (ce qui est exprimé par l’acronyme DNSH, « Does Not Significantly Harm » en anglais).

Faire entrer l’énergie nucléaire dans la taxonomie verte européenne, alors qu’elle en est exclue pour le moment et que cela fâche l’Etat français et son industrie nucléaire en perdition, reviendrait à remettre en cause radicalement ses fondements et s’apparenterait à un détournement de fonds.

Lire ce texte

Nucléaire et Climat

 

Urgence climatique ou nucléarisation forcée ?
par François VALLET (nov. 2019)

Depuis quelques temps il ne se passe pas un jour sans que les «grands médias» nationaux nous parlent de l’urgence climatique et de la nécessité d’agir pour «sauver la planète». Bizarrement, ces grands médias ne parlent jamais de l’extrême urgence à mettre hors d’état de nuire les arsenaux nucléaires et les installations nucléaires destinées à la production d’électricité.

Lire la suite dans le dossier

Nucléaire civil et nucléaire militaire

 

Suite à la visite du Président Macron et de sa ministre de l'écologie au Creusot
Communiqué du collectif ADN (déc. 2020)

Mardi 8 décembre 2020, le Président et chef de guerre Macron était au Creusot pour soutenir l’industrie nucléaire militaro-civile. Pour lui, peu importe le prix à payer, les graves menaces et les dégâts pour la population mais aussi pour les nombreux salariés qui en assurent le fonctionnement, tout particulièrement lorsqu’ils sont sous-traitants ! Macron a besoin du nucléaire !
Ce n’est pas un hasard si elle intervient à un moment décisif pour la survie de cette industrie, dont les « fleurons » EDF et Orano sont en quasi-faillite, dont la restructuration n’est qu’une énième manœuvre de sauvetage à l’aide de subventions publiques massives, ce que la Commission Européenne a bien remarqué et ne peut accepter. Avec les annonces du Président en visite à l’usine Framatome du Creusot, désormais filiale d’EDF suite à la faillite d’Areva, il devient clair qu’EDF est un fabricant de matériel militaire. Est-ce bien la vocation d’une entreprise dont les dirigeants et les syndicats de salariés prétendent qu’elle assure un service public ? La Commission Européenne va-t-elle accepter un plan de sauvetage d’un industriel de l’armement dans le cadre du plan de relance ? (...)

Lire la suite dans le dossier

Travailleurs du nucléaire

 

Rescapé d’un cancer, il dénonce les dangers du nucléaire

par Benoît COLLET, Reporterre (5 mars 2021)

Victime d’un cancer de la thyroïde alors qu’il travaillait dans l’industrie nucléaire, Patrice Girardier dénonce depuis les conditions de travail dangereuses des petites mains de l’atome : « Nous, les sous-traitants d’EDF, sommes de la chair à canon. » « On était là pour prendre de la dose. » Il va répéter plusieurs fois cette phrase quand il évoque son passage en 2014 dans l’ancienne centrale de Chooz (Ardennes), où il étatit responsable de l’équipe de dépoussiérage des poussières alpha, dans les grottes naturelles abritant les installations nucléaires. Ces particules alpha, émises par les noyaux radioactifs lors de la fission nucléaire, sont parmi les plus radioactives et les plus dangereuses pour le vivant. « On travaillait par plongées de deux heures pour ne pas être trop exposés. À l’époque, je pensais être protégé, même si peu de gens acceptaient de bosser dans ces grottes, vu la dangerosité du travail. »

Lire la suite dans le dossier