CHANGEMENT CLIMATIQUE ET NUCLÉAIRE

 

Le nucléaire ne sauvera pas le climat

TRIBUNE cosignée par plusieurs organisations et soutenue par le collectif ADN (1° juin 2021)
publiée sur plusieurs supports de presse, dont Politis, Reporterre, Médiapart, Révolution énergétique

Le nucléaire pour sauver le climat ? Le croire est au mieux une illusion techniciste, au pire une terrible hypocrisie. Si la filière nucléaire tente plus que jamais de se repeindre en vert, cela n’a rien d’un souci sincère ou vertueux. C’est le fruit d’un choix stratégique et foncièrement politique. La filière sait qu’elle joue sa survie en vantant ses faibles émissions de CO2, au moment où des centaines de milliers des personnes ont repris la rue le 9 mai dernier pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement et le sabotage des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Acculée après la faillite d'AREVA, le scandale URAMIN et les déboires d'EDF sur ses chantiers de construction d'EPR, elle a trouvé dans l’argument climatique le nouveau moyen d’assurer sa pérennité et son emprise.

(...) Face à l’incendie climatique, Emmanuel Macron préfère allumer des contre-feux et fait comprendre depuis des mois son intention de relancer l’industrie nucléaire. En faisant diversion avec le nucléaire, le gouvernement cherche à diviser les forces au sein même du mouvement social et du mouvement écologiste. Mais nous, associations, organisations, collectifs ne sommes pas dupes. Nous luttons pour le climat et contre le nucléaire parce que nous savons que cette technologie et le modèle qui l'accompagne n'est pas une solution valable pour faire face aux urgences climatiques, sociales et démocratiques. (...)

Lire cette Tribune

 

Le CLIMAT est-il favorable au NUCLÉAIRE ?

par Stéphane LHOMME (fév. 2021)

Cela fait plus de 20 ans que l’industrie nucléaire se dit en mesure de « protéger le climat », mais elle prétend ces derniers temps que cette thèse gagnerait du terrain, en particulier chez les jeunes. Qu’en est-il vraiment ? Vous avez peut-être vu ou entendu ces derniers temps des publicités vantant le caractère « bascarbone » de l’énergie nucléaire, ou des déclarations en ce sens de la part de dirigeants industriels ou politiques. Pourtant, cela n’a rien d’une nouveauté, loin de là : durant la première décennie du siècle, sous la férule de sa « reine » la fameuse Anne Lauvergeon, l’entreprise Areva, prétendue « géant du nucléaire », a inondé les pages des journaux et les ondes des télés et radios de publicités incontestablement mensongères car présentant l’atome comme une énergie « sans CO2 ». (...)

Article paru dans la revue « Nature et Progès »

Pollution thermique et Climat
Dans quelle mesure l'énergie nucléaire réchauffe-t-elle la planète ?

par François VALLET (10 mai 2021)

En novembre 2019, la société Orano (ex Areva) publiait dans le magazine Femina, diffusé par plusieurs titres de la presse quotidienne régionale, une publicité dont le message principal était : « nucléaire : eh non, on ne réchauffe pas la planète ». Ce slogan publicitaire était inscrit dans le panache d’une tour de refroidissement de centrale électrique. Or c’est l’équipement qui a précisément pour fonction de refroidir le condenseur de la machine à vapeur actionnée par la chaleur de fission atomique… qui réchauffe la planète. Contre l’évidence Orano n’avait pour seul argument qu’une mauvaise publicité. (...)

Texte sur le site de la Coordination Sud-Est

Orano : publicités mensongères
par Chantal CUISNIER pour Can-Ouest (mai 2020)

Le Jury de déontologie de la publicité vient de donner raison aux lanceurs d'alerte qui avaient déposés plainte fin 2019 contre des publicités d’ORANO qu’ils jugeaient mensongères, biaisées et inacceptables.

Plainte contre Orano
par François VALLET (nov. 2019 - revu fév. 2020)

Mémoire de la plainte déposée auprès du Jury
de déontologie publicitaire contre la publicité mensongère, biaisée et inacceptable d'Orano
.

Communiqué sur la plainte

Nucléaire et climat
par Jean-Luc PASQUINET (mars 2021)

Beaucoup d’entre nous sont de vieux militants antinucléaires. À ce tire au cours du temps et en particulier ces dernières années, nous avons pu constater un désintérêt pour la lutte antinucléaire alors que nucléaire militaire et civil restent une menace majeure. Nous vivons une démobilisation certes, mais nous ne nous attendions pas à voir le nucléaire proposé comme solution à la crise climatique, comme le fait par ex JM Jancovici. Pourtant nous avons été informés que le système industriel a toujours voulu faire passer comme bon pour l’environnement et la santé ses pires pollutions. Il s’agit à la fois d’une erreur et surtout d’un gros bluff car la relance du nucléaire nécessité par cette vision est à la fois irréaliste et irréalisable.

Le bluff du nucléaire
Le prétexte du climat
par Jean-Luc PASQUINET
éditions Libre & Solidaire, janvier 2020

Comment pouvons-nous encore justifier de la continuité du nucléaire ? Dans un climat de grande confusion générale, il est temps de situer, dans un contexte historique, la réalité des faits et des chiffres du nucléaire et de la question climatique. Cet ouvrage répondra à toutes les questions que nous nous posons au sujet du nucléaire, et nous démontrera comment l’arrêt immédiat est encore possible.

Urgence climatique
ou nucléarisation forcée ?

par François VALLET (nov. 2019)

Depuis quelques temps il ne se passe pas un jour sans que les «grands médias» nationaux nous parlent de l’urgence climatique et de la nécessité d’agir pour «sauver la planète». Bizarrement, ces grands médias ne parlent jamais de l’extrême urgence à mettre hors d’état de nuire les arsenaux nucléaires et les installations nucléaires destinées à la production d’électricité.

Négationisme nucléaire et climat
concurrence des catastrophismes

par Annie et Pierre PÉGUIN (juin 2019)

Deux risques catastrophiques menacent le vivant et sollicitent notre engagement. Mais, si un nombre croissant de personnes se mobilisent pour « sauver le climat et la planète », ce n’est pas le cas pour l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Est-ce justifié ? Tout se passe comme si le risque climatique est utilisé pour faire écran au risque nucléaire dont le négationnisme se perpétue depuis son origine.
sur le site de l'Appel de Genève 2

Le nucléaire ne sauvera
pas le climat...
et le dérèglement
climatique le rend plus gangereux encore
Tract d'ADN 34 (mai 2019)

 

 

La Commission européenne critiquée
pour son rapport sur l’énergie nucléaire

Un article d’Euractiv Allemagne (juil. 2020)

La Commission européenne examine l’impact environnemental de l’énergie nucléaire par l’intermédiaire du Centre commun de recherche (JRC). Une procédure qui suscite de vives critiques, JRC étant lié au programme « Euratom » de l’UE.

 

L’Europe favorisera-t-elle le nucléaire
au nom de l’« urgence climatique » ?

par Mathilde DORCADIE pour Reporterre (juil. 2020)

La Commission européenne n’a jamais pris position au sujet du nucléaire — qui divise les États membres. Elle pourrait être amenée à le faire pour soutenir les objectifs de neutralité carbone de son Pacte vert.

Les mensonges du nucléaire belge
par Françis LEBOUTTE (juin 2020)
Fin du nucléaire Belgique

Communiqué qui dénonce les mensonges de l’industrie nucléaire, des gouvernements qui la maintiennent en survie artificielle et des instances internationales qui lui servent de caution (AIEA et GIEC), et qui met en pièce l’argument selon lequel le nucléaire serait bon pour le climat puisque qu’il émet très peu de CO2.

Pour la sécurité climatique
par Ben CRAMER (fév. 2020) sur le site Athena 21

Le Climat, une affaire d'enfumage
par Ben CRAMER (avril 2019)

Bilan Carbone et exception militaire
par Ben CRAMER (mai 2017)

PANDÉMIE ET PENDEZ-MOI

 

Liens entre COVID19 et NUCLÉAIRE

« Avec la Covid-19, on se trouve, comme avec la radioactivité, devant un danger invisible. Il y a des parallèles intéressants entre ces deux maux, ces ennemis insidieux, les virus et les radionucléides qui se répandent dans l’environnement. On a un rapport étrange avec l’intérieur, avec l’extérieur. Il faut se méfier de tout. C’est très angoissant. La radioactivité, c’est le crime parfait : on ne voit pas les victimes, la norme n’est qu’un compromis entre un dommage sanitaire et un intérêt économique. »

Christina FIRMINO, réalisatrice du film « Retour à la normale » (2019), interview pour FR3, avril 2020

Radiations, pandémie, insurrection
par Sabu KOHSO, dans lundimatin#277 (mars 2021)

Préface inédite à l’édition de Radiations et révolution qui vient de paraître en France aux Éditions Divergences. L'auteur Sabu Kohso revient sur les évènements de Fukushima en appellant à faire dévier notre attention du concept de « monde » vers celui de « terre ».

Virus et radioactivité,
prenons le temps de comparer !

par Philippe LOOZE (avril 2020)
Texte publié sur le blog de Fukushima

En mars 2011, des milliers de Japonais se sont retrouvés confinés dans un rayon entre 20 et 30 km autour de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi. Aujourd’hui, en tant que confinés, on peut se rendre compte de ce qu’ont vécu ces gens pris au piège de l’évènement que personne n’avait prévu. Que signifie être confiné en cas de catastrophe nucléaire ? : des parallèles intéressants peuvent être faits entre ces deux maux invisibles et insidieux, les virus et les radionucléides qui se répandent dans l’environnement. Des analogies, des différences et des interactions.