L'ARRÊT IMMÉDIAT DU NUCLÉAIRE

 

L'arrêt immédiat du nucléaire
est techniquement possible
à l'échelle européenne

par Élisabeth BRENIÈRE et François VALLET (juin 2019)

 

ARRÊTER IMMÉDIATEMENT
LA PRODUCTION
D'ÉLECTRICITÉ NUCLÉAIRE

signifie utiliser tous les moyens techniques existants sans autre condition que d’éviter le
« black-out » (coupure d’électricité incontrôlée dans une partie ou la totalité du réseau électrique).

Il s’agit donc d’éviter la catastrophe nucléaire sans attendre l’effet de mesures d’économies d’énergie ou la mise en oeuvre d’autres moyens de production que ceux qui existent déjà.

Cet arrêt immédiat est possible
à l’échelle européenne.

En faisant appel aux différentes sources de production d'électricité existantes, il est possible d'arrêter immédiatement le nucléaire en Europe car il existe désormais des interconnexions et un marché de l'électricité à l'échelle de l'Europe géographique (Russie exclue), où la production électrique est en surcapacité.

Les installations européennes existantes, productrices d'électricité d'origine non nucléaire, sont largement suffisantes pour couvrir toute la consommation actuelle. Les lignes d'interconnexion ont été développées et sont également suffisantes pour assurer l'approvisionnement du marché sans risque de rupture. Et, le marché actuel de l'électricité étant européen, tout fournisseur d'électricité peut avoir accès aux productions des équipements non nucléaires européens. Lire ce texte

En quoi le scénario Négawatt
gêne-t-il le mouvement antinucléaire ?

par Frelima GAMBREVA (dec. 2018)

Certains militants antinucléaires considèrent que le scénario Négawatt ouvre des perspectives en montrant qu'il est possible de se passer du nucléaire à horizon d'une vingtaine d'années. Cette vision d'un scénario énergétique qui, s'il était appliqué, conduirait progressivement à l'arrêt du nucléaire nous entraîne sur une fausse piste. Il avalise en effet la propagande nucléaire en laissant croire, primo, que le nucléaire civil est nécessaire pour satisfaire nos besoins énergétiques et, secundo, qu'il est indispensable à la lutte contre le réchauffement climatique.

Voir : « Le scénario négaWatt et le nucléaire : évolutions au fil du temps »

LE GRAND RETOUR DU GRAND RETOUR DU NUCLÉAIRE

S’ils voient le jour, les petits réacteurs nucléaires
modulaires produiront une électricité ruineuse

TRIBUNE de Stéphane LHOMME, Le Monde (14 oct. 2021)

Vous avez probablement vu les images saisissantes de poulets dont la tête a été coupée et qui continuent à courir pendant quelques instants de façon erratique. Eh bien cette image est une assez bonne illustration de l’état de l’industrie nucléaire et de ses plus fervents partisans comme Emmanuel Macron.

Un jour, ils assurent que l’avenir est aux « mastodontes » comme le fameux EPR (en anglais european pressurized reactor) d’une puissance de 1 650 mégawatts (MW), et ce malgré les incroyables déconvenues des chantiers de Finlande et de Flamanville qui devaient respectivement entrer en service en 2009 et 2012, qui ne sont toujours pas terminés et dont les surcoûts insensés ont largement contribué à placer leurs opérateurs dans la panade : Areva a carrément fait faillite, et EDF est dans une situation financière critique.

Le lendemain, voilà subitement que la solution passerait par les SMR, c’est-à-dire en anglais small modular reactors et en français petits réacteurs modulaires (PMR) dont la puissance est comprise entre 10 et 300 MW. EDF aurait d’ailleurs déjà en projet son SMR de 170 MW, baptisé « Nuward ». La panique qui s’empare ainsi des tenants de l’atome s’explique par une donnée incontournable : les réacteurs actuels sont en fin de vie et la plupart vont être définitivement arrêtés dans les dix à vingt ans, c’est-à-dire, lorsque l’on parle d’énergie, demain matin.

Lire la suite de cette Tribune

 

 

 

ÉTAT DES LIEUX

 

Réacteurs nucléaires dans le monde 1951/2021
CARTE INTERACTIVE (cliquez sur l'image) - par le WNISR, World nuclear industry status report, avril 2021

Quelques données

L'âge des réacteurs en France
par Marie-Christine GAMBERINI (avril 2017)

Les réacteurs Européens
par Marie-Christine GAMBERINI (2019)

Répartition par filière
de la production d'électricité française

Mise à jour instantanée sur le site de RTE

Ordres de grandeur
pour les différentes sources d'électricité

par François VALLET (juil. 2019)

Données sur le Charbon
par Marie-Christine GAMBERINI (juin 2019)

Principaux types
de Centrales thermiques à flamme

par Marie-Christine GAMBERINI (juin 2019)

Données sur le Gaz énergie
par Marie-Christine GAMBERINI (avril 2019)

Frise : Le nucléaire et ses luttes
... quelques jalons historiques

par Marie-Christine GAMBERINI
(publiée dans Atomes crochus n° 5, janv. 2019)

- version A4 à imprimer
- version pdf à faire défiler

 


carte de la France nucléaire établie par André Paris, 2010
(cliquez sur l'image pour l'agrandir ou la télécharger)

 

 

Bilan énergétique de la France en 2020

Graphique tiré du document « Chiffres clés de l'énergie 2020 », Ministère de la transition écologique, SDES (sept. 2020)

LÉGENDE (plus de détails en cliquant sur l'image) : Se trouvent à gauche du tableau les sources de production énérgétiques en millions d'équivalent pétrole (Mtep). P + DS signifie : production nationale et destockage / I : importation). Et à droite la consommation finale. Les flèches montantes représentent les pertes, donc l'énergie produite qui n'est pas utilisée. On constate pour le nucléaire que ces pertes sont colossales (près de 30% d'efficacité seulement), et sont rejetées sous forme de chaleur dans l'atmosphère par la vapeur, et dans l'eau par les circuits de refroidissements.


Constitution du programme nucléaire français

Jacques Rey - Ancien ingénieur du département théorie et service neutronique d'EDF

Intégralité de l'entretien réalisé pour le tournage du film documentaire « Nucléaire, jusqu’ici tout va bien »,
produit par l’École Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse (ESAV) et le Réseau “Sortir du nucléaire”, 2004.

 

 

Interview de Bernard LAPONCHE
pour Homo nuclearus (jan. 2021)

Issu du « sérail », Bernard Laponche a vécu et combattu de l'intérieur l'état nucléaire. De polytechnique au CEA, qu'il quitte pour entrer à la CFDT (syndicat majoritaire au CEA) qui s'opposait au programme Mesmer et à Superphenix - il y fut acteur essentiel de la rédaction du fameux livre « L'électronucléaire en France » - son parcours est resté marqué essentiellement par la critique du nucléaire et la promotion des alternatives, des responsabilité à l'ADEME puis la création de Global Chance.

SCÉNARIOS POUR ARRÊTER LE NUCLÉAIRE

 

La Transivolution
une chanson d'Anne MEYSSIGNAC

 

Note sur les principaux
scénarios de sortie du nucléaire

par Marie-Christine GAMBERINI
(juin 2019)

Scénarios ADEME (dec. 2018)
Étude complète
Scénario 100 % EnR (2015)

Étude de RTE et de l'AIE (2021)
Consultation autour de huit scénarios pour
un système électrique à forte part d’énergies
renouvelables en France à l’horizon 2050

Scénario Watt de RTE (2017)

Document France Insoumise
(consultation citoyenne fev. 2018)
Document France Insoumise
(présidentielles 2017)

Scénario NPA (avr. 2012)
et Version grand public (sept. 2016)

Document EELV(fév. 2015)

Les Verts et l'énergie (sept. 1991)

Plan de sortie en 3 ans
puis du charbon en 25 et du gaz en 10 de plus,
à horizon 2050, Greenpeace Allemagne (mai 2011)

 

L'Arrêt du nucléaire sans scénario
en 2 temps et 3 mouvements (aujourd'hui)

 

Quelques études

Changement climatique et nucléaire
Rapport de Mycle SCHNEIDER pour le WWF (avril 2000)