DERNIÈRES NOUVELLES

EPR : FUITES EN AVANT

CLIMAT ET NUCLÉAIRE
PACIFIQUE ATOMIQUE
8° JOURNÉES D'ÉTUDES
ATOMES CROCHUS
PÉTITIONS
ÉTAT DES LIEUX
TRAVAILLEURS
CIT-GIT CIGÉO
TCHERNOBYL 35 ANS
FUKUSHIMA 10 ANS
NOTRE AMI L'ATOME
CIVIL ET MILITAIRE
L'APPEL DU TIAN
C'EST DE LA BOMBE
NOS AMIS LES EXPERTS
ONU ET NUCLÉAIRE
SALON DE L'ATOMOBILE
JOURNÉES D'ÉTUDES 2020
2019/2018/2017
2016/2012/2011

COLLECTIF ADN

Mél : contact(a)collectif-adn.fr

 

DERNIÈRES NOUVELLES
 

 

 

« Quand l'électricité devient la fille du nucléaire, c'est-à-dire la sœur des déchets mortels qui dureront des milliers d'années, l'intellectuel, héritier des Lumières, peut-il encore se protéger des accusations délétères d'obscurantisme en fuyant l'arène ? Peut-il, sans perdre son statut, se consacrer essentiellement à des futilités à la mode, à des débats "très tendance" ? En classant l'objet "nucléaire" au rang des choses étrangères à son cerveau, l'intellectuel abandonne lâchement le terrain de l'intelligence et de la survie à de misérables militants qui se castagnent avec les miliciens de l'appareil économique. »

Jacques TESTART,
« Technoscience cherche intellos », Libération, 18 nov. 2002

 
# MENU DERNIÈRES NOUVELLES  

 
   
LA RÉSISTANCE S'ORGANISE
   
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
JANCOVICI SUR MÉDIAPART
ACTIONS 80 ANS DE NUCLÉAIRE
CHRONIQUES FRANÇATOMIQUE
L'EUROPE VERTE
LA GRANDE MARCHE
FUSION IRSN - ASN
CALEPINS
UN MONDE SANS NUCLÉAIRE
BOITEUX DE PANDORE
HIROSHIMA
JAPON ANTINUCLÉAIRE
JOURNÉES D'ÉTUDES 2023
LA RÉSISTANCE S'ORGANISE
SOULÈVEMENTS TOUJOURS
LE DÉNI DE L'EAU
QUELQUES ÉVIDENCES
APPEL DE SCIENTIFIQUES
L'INSTITUT BELRAD
WLADIMIR TCHERTKOFF
   
PAS DE RELANCE
   
UNE FICTION ATOMIQUE
MONTPELLIER SIGNE LE TIAN
FUKUSHIMA 12 ANS
RELANCE DU NUCLÉAIRE ?
SCANDALE DE L'EPR
   
DÉBAT PUBLIC
   
POUR UN VRAI DÉBAT PUBLIC
CIGÉO - PAS DAC
SOULÈVEMENTS DE LA TERRE
LE MONDE SANS FREIN
DES HAUTS ET DÉBATS
 
 
   
CHIMÉRIQUE RELANCE
THIERRY GADAULT
COMITÉ CENTRALES
DÉCHETS NUCLÉAIRES
 
DÉGATS PUBLICS
   
CORROSION ET FISSURES
CATASTROPHE NUCLÉAIRE ?
MÉTA CONTROVERSE
COÛT DE L'ACCIDENT MAJEUR
ACCIDENTS DE ST-LAURENT
   
JOURNÉES D'ÉTUDES ADN
   
JOURNÉES D'ÉTUDES ADN 2023
JOURNÉES D'ÉTUDES ADN 2022
INTERVENTIONS JE 2022
LE NUCLÉAIRE EN ITALIE
LE NUCLÉAIRE EN SUISSE
LE PAYS EN DANGER
NUCLÉAIRE ET DÉCROISSANCE
ATOMES CROCHUS N° 6
CHANSONS D'ANNE
   
NUCLÉAIRE ET UKRAINE
   
CARNETS DE GUERRE
RIVALITÉS SUR LE CIVIL
CATASTROPHE ANNONCÉE ?
NUKRAINE
GUERRE ET PÉRIL
   
FUITES EN AVANT
   
LA RELANCE DE MACRON
NUCLÉAIRE ET TAXONOMIE
LA GRANDE INTOX
LE GRAND RETOUR
GROTHENDIECK - 50 ANS
ESTHER PETER-DAVIS
 
 
 
SÛRETÉ ET SÉCURITÉ
   
PÉTITION - CONTRE EURATOM
TRAVAILLEURS DU NUCLÉAIRE
ASN ET TRANSPARENCE
FUITES D'EPR EN CHINE
   
CLIMAT ET NUCLÉAIRE
   
TRIBUNE SAUVER LE CLIMAT
CLIMAT ET NUCLÉAIRE
DÉTOX ALLEMAGNE CHARBON
ANALYSE NÉGAWATT
   
AUTRES RUBRIQUES
   
NUCLÉAIRE EN POLYNÉSIE
TIRS ATOMIQUES PACIFIQUES
CONTRE LA RÉINTOXICATION
NOS AMIS LES EXPERTS
TCHERNOBYL TOUJOURS
FUKUSHIMA ENCORE
NUCLÉAIRE CIVIL ET MILITAIRE
   
RESSOURCES
   
TEXTES RESSOURCES
SITES D'INFORMATION
GOODIES

 

 

LA RÉSISTANCE S'ORGANISE

 
# TRANSITION ÉNERGÉTIQUE MENU

En finir avec la transition énergétique

par Jean-Baptiste FRESSOZ, le 21 décembre 2023

Dans son livre paru début 2024, « Sans transition - Une nouvelle histoire de l'énergie », Jean-Baptiste Fressoz démontre comment l’idée d’une évolution douce vers un système énergétique décarboné est « l’idéologie du capital au XXIe siècle ». Et que les changements nécessaires pour le climat requièrent de rompre avec la vision d’une évolution par phase, de l’âge des fossiles à l’ère des renouvelables. 

« Il en ressort une inertie matérielle gigantesque qui contredit les récits dominants sur les « phases » énergétiques et un incroyable tour de passe-passe : forgée par des experts néomalthusiens et pronucléaires pour décrire le futur qu’ils souhaitaient, la notion de transition énergétique a fini par devenir le synonyme des engagements écologistes à mettre en œuvre face à la crise climatique » (cf. Jade Lindgaard, Médiapart, 13 jan. 2024).

La transition énergétique ambitionne de favoriser et valoriser les énergies renouvelables et de baisser la consommation d’énergie. L’historien Jean-Baptiste Fressoz, spécialiste des techniques, explique qu’une nouvelle énergie n’en remplace jamais une ancienne. Au contraire.

Écouter l'émission sur France Culture (5 janvier 2024)

Les plus pessimistes
étaient beaucoup trop optimistes

par Jean-Baptiste FRESSOZ, Terrestres, le 5 mai 2023

La transition énergétique est le futur le plus consensuel qui soit. Face au changement climatique, il faut évidemment faire une « transition énergétique ». Mais quand on y réfléchit, il s’agit de quelque chose de gigantesque dont on n’a aucune expérience historique. A l’échelle globale, il n’y a jamais eu de transition énergétique, on ne sait pas combien de temps cela peut prendre. 

Cette idée de transition énergétique semble naturelle parce qu’on a une vision entièrement fausse de l’histoire de l’énergie, selon laquelle on aurait connu par le passé plusieurs transitions, qu’on aurait à plusieurs reprises entièrement changé de système énergétique (du bois, au charbon, du charbon au pétrole), alors qu’en fait on n’a fait que consommer de plus en plus toutes ces énergies. 

Lire cet article

 

 
# JANCOVICI SUR MÉDIAPART MENU

Commentaires de l'entretien
entre Jean-Marc Jancovici et Jade Lindgaard

par Yves LENOIR, le 21 décembre 2023

à propos de « Le nucléaire pour sauver le climat », entretien avec Jean-Marc Jancovici
par Jade Lindgaard et Mathieu Magnaudeix, Médiapart, Aire Libre du 12 décembre 2023


Pour le béotien de service, JMJ est « Monsieur-Je-Sais-Tout ». D'où son succès planétaire dans un domaine où l'immense majorité des gens appartient à la catégorie des béotiens, ce que notre Pic de la Mirandole de la décarbonation ne s'est pas privé de suggérer à la fin de l'entretien.

Son débit oral torrentiel interdit à toute personne raisonnablement informée sur les objets qu'il en train de traiter de prendre ne serait-ce qu'une seconde de recul pour réfléchir et confronter à son propre savoir le flot ininterrompu d'informations et d'affirmations dont il est submergé. Vraiment, être confronté aux échafaudages intellectuels foisonnants de ce moulin à paroles est une dure épreuve. Jade Lindgaard et le modérateur, celui qui introduisait les thèmes retenus pour ce « débat », ont eu bien du mérite à rester souriants. Car de débat il n'y eut pas.

Ou presque. Certes, à quelques occasions, Jade Lindgaard a-t-elle réussi à soulever une question susceptible de fissurer le béton des démonstrations de notre « expert national en toutes choses énergétiques et prospectives ». Mais « Monsieur-Je-Sais-Tout » est aussi le monsieur de « … ce que je ne sais pas est insignifiant et ne vaut pas d'être considéré ». Il n'esquive pas : il bouscule, apportant la preuve tangible qu'il refuse tout débat. Pour lui le mot « débat » est équivalent à « à moi le micro et le crachoir… merci de me les tendre et de me les laisser ! »

Lire la suite Télécharger ce texte

 
# ACTIONS DU 22 OCTOBRE MENU

 

Actions en France contre le nucléaire - Dimanche 22 octobre 2023

80 ans de nucléaire, du poison pour l’éternité

Depuis 80 ans l’industrie nucléaire nous promet un avenir meilleur.

80 ans de déchets radioactifs dont personne ne sait sereinement que faire
et des pollutions journalières liées à l’activité de l’ensemble de cette industrie.

 

Dimanche 22 octobre, à l'appel de la Coordination Antinucléaire, des militant·es antinucléaires et pour la protection de l'environnement ont organisé plus de 20 actions dans toute la France ; Leur objectif : dénoncer les pollutions de l'industrie du nucléaire sur nos territoires et nos ressources, et s'opposer à la
relance de la filière nucléaire civile et militaire.

80 ans de nucléaire, du poison pour l'éternité !
En plus des centaines de milliers de tonnes de déchets radioactifs que nous laissons d'ores et déjà en fardeau aux générations futures, la filière nucléaire pollue et contamine tous les jours notre environnement de différentes manières.

Cette phase d'actions n'est qu'un début…
Nous appelons la mobilisation à grandir pour préserver notre environnement et notre avenir des risques et pollutions du nucléaire. En 2024, nous appellerons à plusieurs évènements de grande ampleur.

La Coordination antinucléaire

Voir le communiqué

DES ACTIONS PARTOUT EN FRANCE

 


le 22 octobre devant la centrale nucléaire du Blayais, en Gironde - photo : Sud-Ouest

Voir la CARTE DES ACTIONS

Voir le site de la COORDINATION NATIONALE

Et sur les RÉSEAUX SOCIAUX :

Facebook X-ex-Tweeter Instagram Mastodon Telegram

 

 
# CHRONIQUES DE LA FRANÇATOMIQUE MENU


Petite chronique de la Françatomique
Énergie nucléaire et climat, le grand mensonge

par François VALLET, blog Médiapart - le 20 décembre 2023

 

Prétendre que l'énergie nucléaire est une solution au réchauffement climatique, comme le font les gouvernements des États nucléaristes, l’industrie nucléaire et une large partie de ceux qui en vivent, est au mieux une grave erreur, au pire un grand mensonge.

Trois représentants d’États détenteurs d’armes atomiques (États-Unis, Angleterre, France) ont profité de la COP 28 pour tenter de sauver leurs industries nucléaires en perdition, attirant dans leur orbite une vingtaine de pays. Ainsi le président Macron n’a rien trouvé de mieux à proposer que de tripler la production mondiale d’énergie nucléaire d’ici 2050. On se demande bien comment il compte faire alors que la Françatomique est empêtrée dans trois chantiers désastreux (l’EPR de Flamanville, le réacteur expérimental Iter et le réacteur de recherche Jules Horowitz) dont les malfaçons, les délais de construction et les coûts ne cessent d’augmenter. Les États-Unis et l’Angleterre ne font pas mieux pour leurs chantiers en cours. (...)

Lire la suite - et les autres Chroniques de la Françatomique

 
# L'EUROPE VERTE MENU


Le nucléaire n’a rien d’une énergie verte

par Stéphane LHOMME, Reporterre - le 7 décembre 2023

 

Les supporters de l’atome se sont félicités le 21 novembre de voir le Parlement européen inclure le nucléaire parmi les technologies dites « vertes », ou « propres », permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Passons vite sur le caractère ridicule de ce vote : il ne suffit pas qu’une énergie émette peu de CO2 pour être « verte » ou « écologique ». Le nucléaire est en effet l’une des énergies les plus dangereuses et polluantes qui soient : mines d’uranium, production de déchets radioactifs, rejets continus radioactifs et chimiques des centrales dans l’air et l’eau, etc. (...)

Lire la suite

Les députés européens ne vont ni financer
ni construire des réacteurs nucléaires

par Stéphane LHOMME - le 23 novembre 2023

 

Les supporters de l'atome se sont félicités mardi 21 novembre 2023 de voir le Parlement européen inclure le nucléaire parmi les technologies dites "vertes" ou "propres" permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Passons vite sur le caractère ridicule de ce vote : il ne suffit pas qu'une énergie émette peu de co2 pour être "verte" ou "écologique", et le nucléaire est en effet une des énergies les plus dangereuses et polluantes (mines d'uranium, production de déchets radioactifs, rejets continus radioactifs et chimiques des centrales dans l'air et dans l'eau, etc). (...)

Lire la suite

 
# LA GRANDE MARCHE MENU


Quelles énergies pour demain ?

Documentaire réalisé par Béatrice Hovnanian et Gérald Frémont
pour Nucléaire en questions - La Grande Marche, le 6 novembre 2023

C’est la question qui a guidé celles et ceux qui ont participé en 2021 à la Grande Marche de la Hague à Paris durant 400 kilomètres à pied et 150 à vélo. À chaque étape, ils ont rencontré des spécialistes mais aussi des citoyens curieux ou engagés pour la transition énergétique : nucléaire, sobriété, agriculture... Ensemble, ils en décryptent les enjeux et évoquent des futurs possibles, les pieds sur terre. Une véritable aventure humaine qui questionne nos choix de société. Avec la participation, entre autres, de Yannick Rousselet, Yves Lenoir, Antoine Bonduelle, Elisabeth Taudières, Marie Atinault, Julien Frémont...

00:00 - Quelles Énergies pour Demain ?
03:07 - Le nucléaire, solution d'avenir ?
17:15 - Sobriété, efficacité et énergies renouvelables ?
32:58 - Un retour vers les territoires ?
52:32 - La place des élus ?

Sitographie des sources et infos supplémentaires : https://lagrandemarche.org/s_informer/

 


Retour sur la catastrophe de Tchernobyl

Dans son émission « Trous noirs » du 23 octobre 2023, Radio Libertaire recevait Yves LENOIR, président de l'association Enfants de Tchernobyl Belarus, fondée en avril 2001 à la demande de Vassili Nesterenko pour apporter à Belrad l'aide financière nécessaire.

  Retour sur la catastrophe de Tchernobyl
par Yves LENOIR


 
# IRSN - ASN MENU

Fusion IRSN / ASN

Petite chronique de la Françatomique
Ethique et nucléaire sont dans un bateau

François VALLET, le 20 novembre 2023

Devinez qui a écrit ceci : « Le choix de développer l’énergie nucléaire a des conséquences temporelles comparables à celles du changement climatique sans que le fardeau des conséquences des décisions d’aujourd’hui ne soit porté par ses décideurs. Plus encore, ce choix énergétique va accélérer le développement des installations nucléaires et multiplier les risques qui leurs sont associés. »

Et bien ce n’est pas un opposant au nucléaire mais la commission d’éthique et de déontologie de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), dans sa contribution au débat public sur le projet d’EDF de construire de nouveaux EPR à Penly et ailleurs (...).

Télécharger ce texte

Dérive tchernobylienne : la fusion IRSN-ASN

Yves LENOIR, le 28 mars 2023

La fusion/absorption IRSN-ASN est justifiée par la nécessité de "fluidifier" (sic) le fonctionnement du système administratif chargé des sûreté nucléaire, sécurité radiologique et tutelle sur l'exploitation des installations atomiques. Un schéma analogue, très unifié, opaque et fluidifiant gérait la construction et l'exploitation des réacteurs nucléaires dans l'URSS d'avant Tchernobyl.

Lire la suite

Huit principes pour une gouvernance de la sécurité nucléaire

PÉTITION de l'Intersyndicale de l'IRSN (CFDT CFE-CGC CGT), septembre 2023

Le 19 juillet 2023, à l’issue du Conseil de politique nucléaire, la Ministre de la transition énergétique a été chargée de préparer d’ici l’automne un projet de loi visant à fusionner l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Ce projet, qui avait été rejeté par le Parlement au printemps, est donc de retour. Cette annonce rouvre une période d’incertitude quant à l’organisation de la sécurité* nucléaire qui risque d’être durablement déstabilisée. Experts, chercheurs, exploitants, citoyens parties prenantes de la gouvernance de la sécurité nucléaire, nous lançons un appel aux parlementaires pour qu’ils préservent les huit principes qui fondent la robustesse et l’efficacité du système actuel, fruit d’un long processus de maturation. (...)

Lire la suite

 
# CALEPINS MENU


CALEPINS

Nouveau ! : des livrets à imprimer et diffuser soi-même

Les « calepins » sont des livrets à diffusion libre que l'on peut télécharger et imprimer soi-même.
La diffusion et la vente des livrets est libre, le contenu est en « copyleft » - donc sans copyright.
Le format est celui d'un livret A5 à l'italienne mais qui se feuillette verticalement.

 

CALEPIN n° 1 : Élisabeth Brenière
« Les déchets nucléaires issus des centrales et le projet CIGÉO »

CALEPIN n° 2 : François Vallet
« Les dégâts de la production d’électricité nucléaire sur l’eau
et sur les organismes vivants qui en dépendent »

CALEPIN n° 3 : Annie et Pierre Péguin
« Les raisons essentielles pour appeler à l’arrêt du nucléaire »

 

 
# POUR UN MONDE SANS NUCLÉAIRE MENU

Communiqué de la Coordination Antinucléaire - 20 septembre 2023

« Nucléaire et violences policières :
même combat contre l’État autoritaire »

La coordination antinucléaire nationale, réunie en assemblée le 3 juin, avait décidé de se joindre et de relayer les marches initiées par les organisations en lutte contre le nucléaire militaire dans plusieurs villes de France le 23 septembre « pour un monde sans arme nucléaire ».

Voir le programme des marches

Plus tard, l’annonce des Marches pour la justice à la même date nous a amené à l’évidence de la convergence : « Nucléaire et violences policières : même combat contre l’État autoritaire ». Au-delà de toutes ses violences intrinsèques, l’industrie nucléaire, militaire et civile, ne peut advenir et se maintenir qu’au sein d'un système autoritaire. Elle a toujours ignoré, piétiné le débat démocratique et réprimé violemment la contestation des populations des régions où elle s’imposait. L’arme nucléaire est le symbole extrême de l’ultraviolence de cet autoritarisme.

Nous n’oublions pas, nous ne lâchons pas !

Voir le communiqué

 

Larzac, 5 et 6 août 2023 :
Relance du mouvement contre le nucléaire ET son monde

 

Le mouvement antinucléaire s’organise pour contre-attaquer la relance du nucléaire militaire et civil, et tous les projets qui en découlent. Nous étions présentes au Larzac pour entrelier nos résistances.

Évènements fondateurs des mobilisations écologistes en France, la lutte du Larzac et la lutte anti-nucléaire se sont donc rejointes à nouveau 50 ans plus tard pour une assemblée qui s’est tenue dimanche 6 août et a rassemblé plus de 200 personnes pour se rencontrer dans nos diversités et coconstruire des actions contre la relance du nucléaire et son monde dans les mois à venir.

De nombreuses organisations anti-nucléaires de tout horizon, ainsi que des collectifs pour l’eau, contre les mines, des comités de soutien aux Soulèvement de La Terre et bien d’autres luttes locales ont convergé autour du constat que le nucléaire n’est bon ni pour la planète, ni pour son climat, ni pour la paix.

Ce rassemblement marque une étape historique dans la relance de l’opposition à la société nucléaire.

Téléchargez ce communiqué
Site de la coordination

 

 
# BOITEUX DE PANDORE MENU
   

Marcel Boiteux

L'ancien patron d'EDF qui y a fait toute sa carrière à partir de 1949, devenant directeur général en 1967 puis président (1979-87), et enfin président d'honneur, est décédé le 6 septembre à l'âge de 101 ans. Il avouait en 2015 pour Spécial Investigation le rejet en 1980 de plutonium dans la Loire suite à un accident à St-Laurent-les-Eaux.

Voir notre dossier

 
# HIROSHIMA MENU

L'Homme d'Hiroshima

Le Chant du Monde, la merveilleuse suite de tapisseries réalisée par Jean Lurçat entre 1957 et 1965, a été exposé en 1999 dans la ville d’Hiroshima au Japon. Apocalypse des temps modernes, cette œuvre, tout au long des 10 éléments tissés qui la constitue, dénonce les dangers encourus face à la grande menace de la guerre nucléaire, et célèbre l’Homme en gloire dans la Paix.

Hiroshima - le 6 août 1945

Cependant, il y a eu Hiroshima...
La folie s'est déjà manifestée à deux reprises...

Hiroshima, Nagasaki...
L'homme d'Hiroshima a été brûlé, dépouillé, vidé par la bombe... Mais avec lui, ce sont toutes nos raisons de vivre qui ont été saccagées.
La bombe n'épargne aucune idéologie, aucun système...
Elle anéantit toutes les pensées de l'homme, tout le patrimoine culturel commun...
À nouveau, les bibliothèques d'Alexandrie flambent et s'anéantissent...
Mais cette fois-ci, c'est un enlisement général...

Éluard a écrit un jour : « ...Je veux savoir
d'où je pars pour conserver tant d'espoir... »
Eh bien ! c'est ça... Nous partons d'ici.
Nous partons de cette horrible menace.
Seulement, tout de même, si cette bon dieu de bombe tombait, le monde paierait un tribut épouvantable.
On reculerait de plusieurs milliers d'années...
Il faut que les gens le sachent...

Jean Lurçat

Voir la suite


L'Homme d'Hiroshima, 1957
4,
43 x 2,92 m - Atelier Tabard, Aubusson © Adagp 2016

« Hiroshima est partout »

« Avoir raison avec Günther ANDERS », France culture, le 9 août 2023 - série de 5 émissions

Günther Anders, de 1945 à sa mort, n’eut de cesse de revenir au sujet de la bombe atomique dans sa pensée mais aussi dans ses engagements militants : “Ce combat est notre destin”, écrivait-il ainsi dans Hiroshima est partout.

Écoutez ces émissions

Les rédacteurs en chef de revues médicales
se mobilisent contre la menace d’une guerre nucléaire

Moheb Costandi, Univadis, 11 août 2023

Un éditorial publié simultanément récemment dans plusieurs revues exhorte les professionnels de la santé à faire ce qu’ils peuvent pour réduire le risque de guerre nucléaire et abolir les armes nucléaires. « Une guerre nucléaire à grande échelle entre les États-Unis et la Russie pourrait tuer 200 millions de personnes ou plus à court terme », écrivent les rédacteurs en chef de revues médicales de premier plan, « et potentiellement provoquer un “hiver nucléaire” mondial qui pourrait tuer 5 à 6 milliards de personnes, menaçant ainsi la survie de l’humanité. »

« Le danger est grand et ne cesse de croître », poursuit l’éditorial. « Les États dotés d’armes nucléaires doivent éliminer leurs arsenaux nucléaires avant qu’ils ne nous éliminent… Nous devons à nouveau relever ce défi et en faire une priorité urgente, en travaillant avec une vigueur renouvelée à la réduction des risques de guerre nucléaire et à l’élimination des armes nucléaires. »

Lire la suite

 
# JAPON ANTINUCLÉAIRE MENU

 

Le nucléaire et le mouvement
antinucléaire au Japon -
aperçu sommaire

Jean-Luc PASQUINET, en coopération avec Kolin KOBAYASHI, août 2023

Avant d’aborder l’histoire du mouvement antinucléaire, il nous a semblé pertinent d’apporter quelques précisions quant à l’histoire du Japon depuis la Deuxième guerre mondiale et d’expliquer comment le nucléaire civil y a été adopté. Comme en France, il existe un lien entre le nucléaire militaire et civil, mais en l’occurrence le nucléaire militaire c’est l’accord de défense entre le Japon et les États-Unis (AMPO) - d’où l’importance des luttes contre l’AMPO dans les années 1960.

Le Japon est le seul pays à avoir été victime d’une frappe nucléaire, il possède depuis lors une réputation de pacifisme et d’hostilité à l’arme atomique. Notamment le mouvement international contre la bombe est né en 1954 à Tôkyô suite à la contamination du thonier Daigo Fukuryu Maru.

Rappelons que le Japon a été occupé par les États-Unis pendant environ sept ans après la guerre, de 1945 à 1952, et les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki ont été empêchés par le GHQ américain de partager leurs expériences et leurs témoignages sur l'exposition aux radiations. (...)

Lire ce texte

 

« À Fukushima, le déversement des eaux contaminées au tritium a commencé », RTBF, 24 août 2023

Hayao Miyazaki contre le nucléaire

Sous l'impulsion d'Hayao Miyazaki, et suite à la catastrophe de Fukushima, le Studio Ghibli a décidé l'an dernier de ne plus utiliser d'énergie provenant du nucléaire. Le magazine Neppu (熱風 / "Air Chaud") d'août 2011 avait pour couverture une photo du réalisateur portant une pancarte où est écrit « NO ! Genpatsu » (« Non à l'énergie nucléaire »). Une image assez forte, qui mérite d'être relayée.

Lire ce texte

C’est pendant la réalisation du Vent se lève, en mars 2011, qu’est survenue la catastrophe de Fukushima. Miyazaki s'est même demandé si réaliser ce film avait encore un sens, comme il l'explique dans une interview accordée à Télérama. « Le vent se lève !... Il faut tenter de vivre ».

 

 
# JE ADN 2023 MENU
JOURNÉES D'ÉTUDES ADN 2023

ven. 7 soir, sam. 8, et dim. 9 juillet 2023
à Biencourt-sur-Orge, à 7 km de BURE

10° Journées d'Études
du collectif ADN

 

PROGRAMME
Vendredi soir : soirée discussion / transmission

Samedi matin : pleinière sur la relance du nucléaire, ateliers sur l’eau et les déchets radioactifs
Samedi après-midi : ASSEMBLÉE des antinucléaires,
ateliers et plénière : avenir et perspectives antinucléaires
Samedi soir : cabaret à la Maison de la Résistance

Dimanche matin : pleinière avec Thierry Ribault,
auteur de « Contre la résilience à Fukushima et ailleurs »
Dimanche après-midi : ballade et visite des lieux

Retranscription des plénières et des ateliers

 

Plénière « État des lieux » - par Stéphane LHOMME
« Quel avenir pour le nucléaire, en France et dans le monde ? »

________________________________________________________________

Plénière « Nucléaire, résilience et coercition » - par Thierry RIBAULT

Nucléaire, résilience et coercition
par Thierry RIBAULT (1:13:57)

 

synthèse de la plénière

________________________________________________________________

Atelier « Énergie » - exposés de Nicole et Anne-Marie du CCOA-ADN 75

Énergie
par Nicole et Anne-Marie (1:38:36)

 

Lire aussi : « De la servitude électrique et de ses méfaits,
histoire du développement de l'électricité », de Nicole THÉ, 2021

________________________________________________________________

Atelier « Eau et Nucléaire »

Eau et nucléaire (1:35:02)

 

Lire aussi : « Les dégâts de la production d'électricité nucléaire sur l'eau
et sur les organismes vivants qui en dépendent »
, de François VALLET

Et notre dossier « Le déni de l'eau »

________________________________________________________________

Atelier « Déchets nucléaires » - Compte-rendu Élisabeth BRENIÈRE

 

Communiqué de la Coordination Antinucléaire

suite à l'assemblée du 8 juillet 2023

 

La Coordination Antinucléaire s’est réunie le 8 juillet 2023 près de Bure en Meuse, pendant les Journées d’Études du collectif national Arrêt Du Nucléaire, rendez-vous annuel de réflexions et d’échanges approfondis sur la situation du nucléaire et de notre lutte. Elle s’inscrivait dans un processus de relance du mouvement antinucléaire débuté le 16 février 2023 à Tours par une première assemblée, suivie d’une deuxième le le 3 juin à Paris.

Cette 3e assemblée a pu valider l’agenda d’actions qu’elle annoncera à l’occasion de sa prochaine tenue lors des rencontres « Les Résistantes » sur le plateau du Larzac.

Téléchargez ce communiqué le site de la coordination

 
# LA RÉSISTANCE S'ORGANISE MENU

PARIS - LE 3 JUIN 2023

Le mouvement antinucléaire se regroupe pour contre-attaquer

 

Le mouvement antinucléaire s’organise pour contre-attaquer la relance du nucléaire militaire et civil, et tous les projets qui en découlent.

Une première assemblée a eu lieu le 3 juin pour coordonner de futures actions contre le nucléaire et son monde.

Le nucléaire n’est bon ni pour la planète, ni pour son climat, ni pour la paix. Dangereux et désastreux pour l’environnement, le climat et l’humanité, le nucléaire est une industrie du passé. Il n’a aucune solution pour ses propres déchets.

Le pire est donc à venir si le gouvernement français parvient à lancer un nouveau programme nucléaire ! Car la survie du nucléaire, c’est aussi celle du consumérisme et de cette folle course en avant dont nous ne voulons pas. Au contraire, une écologie sociale et solidaire est à construire de toute urgence. Nous ne pouvons plus différer sa mise en œuvre.

Le nucléaire ET SON MONDE, STOP ! Lire ce texte

TOURS - LE 16 FÉVRIER 2023

Appel d'une coalition de collectifs et d'associations, dont ADN79, ADN Drôme-Ardèche, ACEVE, Burestop55, Collectif Contre l'Ordre Atomique - ADN 75, Cacendr, CAN Ouest, Cedra,militant.e.s de Bure, Eodra, Greenpeace France, Nos Voisins Lointains 3.11, SDN 38, SDN 49, SDN 72, SDN Berry-Giennois-Puisaye, SDN Touraine...

À l'occasion du débat public annulé de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), les collectifs antinucléaires se sont réunis à Tours le 16 février 2023 : « C'est pour dénoncer ce débat mascarade autant que pour nous opposer à la relance du nucléaire que nous nous avons pris la décision de maintenir l'organisation de notre manifestation. » L'opposition au nucléaire ne doit pas se laisser bâillonner ni endormir.

NI PROLONGATION NI RELANCE : ARRÊT DU NUCLÉAIRE CIVIL ET MILITAIRE

Lire le communiqué Article de Reporterre

La lutte contre la relance du nucléaire s’organise, Rose-Amélie Bécel, Politis, le 20 février 2023

 
# LE DÉNI DE L'EAU MENU

 

Les dégâts de la production d'électricité nucléaire sur l'eau et sur les organismes vivants qui en dépendent

par François VALLET, août 2023

Document de travail préparé pour les Journées d’études 2023 du collectif national Arrêt du Nucléaire et mis à jour après celles-ci

(...) L’actualité de la guerre en Ukraine nous rappelle quotidiennement la menace permanente que constituent l’arme atomique et les centrales nucléaires de production d’électricité. La catastrophe de Fukushima, qui est bien loin d’être terminée, montre également que la contamination de l’eau par la radioactivité n’est absolument pas maîtrisée.

Mais il y a aussi tous les dégâts sur l’eau, « à bas bruit », des centrales nucléaires en fonctionnement « normal ». Il est grand temps de s’intéresser à nouveau à ce sujet de la plus haute importance pour lequel la sonnette d’alarme avait été activée dès les années 1970.

Le texte qui suit est un bref aperçu des dégâts occasionnés à la « ressource » en eau par le fonctionnement des réacteurs nucléaires de production d’électricité sur le territoire français.

Les autres dégâts sur l’eau, en amont des réacteurs nucléaires (lors de l’extraction du minerai d’uranium, des traitements et de l’enrichissement de l’uranium) et en aval (lors du « retraitement des combustibles usés » et du stockage des déchets radioactifs), n’y sont pas décrits. Ils se produisent en partie hors de France et leur examen aggraverait encore le constat. Pour ce qui concerne l’arsenal nucléaire, une revue détaillée des dégâts sur l’eau semble hors de portée du fait du secret militaire.

Lire ce texte

Ressources
bibliographiques

Le nucléaire fait main basse
sur nos ressources en eau

Communiqué commun au Réseau SDN, au collectif Loire Vienne Zéro nucléaire, aux Soulèvements de la Terre et au collectif Bassines non merci, le 24 août 2023

Jeudi 24 août au matin, des militant·es antinucléaires ont dénoncé l’impact de l’industrie nucléaire sur le bassin-versant de la Loire. Leur action de prélèvement s’est déroulée lors du Convoi de l’eau. Cette manifestation itinérante à vélo et en tracteur revendique, tout comme le font les antinucléaires, une protection et un partage équitable des ressources en eau.

Le collectif « Loire Vienne Zéro nucléaire » a effectué un prélèvement d’eau dans la Loire, en aval de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. L’objectif de cette action et de la présentation de l’activité du collectif la veille : sensibiliser les participant·es au convoi de l’eau à l’impact des 14 réacteurs nucléaires en activité sur le bassin-versant de la Loire. Mais aussi dénoncer plus globalement l’impact cumulé des 5 sites nucléaires qui ponctuent tout ce bassin alimenté par la Loire et ses affluents.

Lire l'article Télécharger le tract « En Loire et en Vienne »


Centrale nucléaire du Bugey : « Eau secours »

pour la population de l'agglomération Lyonnaise

Communiqué de STOP BUGEY, le 12 juillet 2023

La centrale nucléaire du Bugey est non seulement un gouffre à eau au détriment de la population lyonnaise, mais également une source de pollution thermique, chimique et radioactive qui rend l’eau impropre à la consommation... Il est temps qu’EDF, désormais propriétaire à 100 % de l’État, prenne ses responsabilités alors que des élus alertent ces instances sur les risques engendrés par la production électrique d’origine nucléaire !

 

 

La centrale nucléaire du Bugey, située à 35 kilomètres du centre de Lyon, crée des dégâts considérables à une ressource vitale pour les habitants de l’agglomération : l’eau potable distribuée par le Grand Lyon. Celle-ci provient à 88 % du Rhône et plus précisément d’un champ captant (Crépieux-Charmy) situé en aval de la centrale nucléaire. Or ses diverses pollutions mettent en péril la potabilité de l’eau.

Ce communiqué de presse particulièrement argumenté permet de comprendre
les enjeux dramatiques qui se posent à 2,5 millions d’habitants !

Téléchargez ce communiqué

Restera-t-il assez d'eau pour refroidir
les centrales nucléaires ? Réponses à Jean-Marc Jancovici

Benoit THÉVARD, le 3 juillet 2023

Jean-Marc Jancovici a souhaité répondre, via Facebook à la question qui lui est souvent posée : « Restera-t-il assez d'eau pour refroidir les centrales nucléaires dans un pays qui connaîtra de plus en plus de sécheresses ? » Il s'appuie pour cela sur une étude de la SFEN (Société Française d'Energie Nucléaire) et en tire des conclusions rassurantes qui méritent, à mon sens, quelques éclairages !

Lire ce texte

Le nucléaire nous pompe l'eau !

par Sylvie DIALLO, Courant alternatif, le 10 mai 2023

La production d’électricité nucléaire consomme beaucoup d’eau, la pollue et la réchauffe. Bref, s’il est une production d’énergie inadaptée au réchauffement climatique, c’est bien celle là, contrairement à ce que prétend la propagande intense dont nous sommes pilonnés.

Lire ce texte

Eau et production d'électricité : les centrales thermiques nous laisseront-elles à boire ?

André MARQUET, Global Chance, le 20 mai 2023

Les risques engendrés par le réchauffement climatique et les restrictions d’usage de l’eau qui en résultent ont envahi la préoccupation et les esprits de l’opinion. Nos civilisations machinistes se sont accompagnées depuis deux siècles d’émissions et d’accumulations croissantes dans notre atmosphère de gaz à effet de serre comme les gaz carbonés (notamment dioxyde de carbone CO2 et méthane CH4). Elles se sont accompagnées aussi d’émissions de chaleur très conséquentes qui se sont accumulées dans l’air, l’eau et les sols, et qui restent encore bien peu prises en considération.

Ces développements industriels croissants se sont largement appuyés sur des ressources énergétiques fossiles considérées comme inépuisables et disponibles quasiment sans limites. Leur promotion s’est appuyée sur une incitation sans plus de limites à un consumérisme effréné, assimilé à la voie du « progrès ». Cette frénésie de consommation a par exemple compromis en partie les efforts d’économie d’énergie qu’avaient suscités les deux premiers chocs pétroliers des années 70.

L’époque a changé au vu des conséquences. Les travaux du GIEC depuis 30 ans ont progressivement contribué à une prise de conscience des limites des effets physiques et climatiques de ces consommations et modes de production. Petit à petit s’est imposée la nécessité de prendre en considération les limites des ressources naturelles, d’analyser les mises en œuvre scientifiques dans leurs risques et conséquences, de mieux contrôler les implications des choix technologiques. (...)

Lire cet article

Nucléaire caniculaire et après ?

par François VALLET - 17 octobre 2022 (revu en janvier 2023)

Le nucléaire serait une énergie peu émettrice de gaz à effet de serre et il faudrait donc en développer l’usage pour atténuer le réchauffement climatique. Sa capacité de modulation se combinerait parfaitement avec les énergies renouvelables variables permettant ainsi d’obtenir un « mix électrique décarboné » favorable à l’atténuation du réchauffement climatique. Est-ce bien la réalité observable par quiconque se donne la peine d’examiner les faits et non pas les discours ou les promesses des représentants de l’industrie nucléaire ?

Avec 56 réacteurs d’une puissance totale cumulée de 61 370 MW, soit 905 W de puissance électro-nucléaire installée par habitant, la France est le pays le plus nucléarisé au monde. L’observation de ce qu’il s’y passe est donc particulièrement intéressante à l’heure où l’approvisionnement en gaz de l’Europe depuis la Russie est interrompu et où le gouvernement français souhaite relancer la construction de nouveaux réacteurs. Selon ses partisans, le nucléaire serait une énergie fiable et pilotable, indispensable à notre approvisionnement en électricité. (...)

Lire ce texte

Lire aussi : « Mensonges nucléaristes et corruption de la démocratie », François VALLET, août 2023


Canicule de 2003 : EDF refroidit la centrale nucléaire de Fessenheim

 

+4 °C en France : « Soit on s’adapte, soit on lutte contre »

par Gaspard d'Allens, Reporterre, le 23 mai Entretien avec Thierry RIBAULT

Alors que le gouvernement veut préparer la France à une hausse de +4 °C, pour le chercheur Thierry Ribault, le pays devrait plutôt stopper dès à présent « les délires technophiles responsables de la catastrophe ». « Il faudrait savoir ! Soit on s’adapte, soit on lutte contre. On ne peut pas faire les deux à la fois, simultanément. Macron veut nous adapter à son cortège de fausses solutions »

Lire cet article

 

 

Le nucléaire victime du changement climatique

Thierry GADAULT, Blast, le 8 avril 2023

La sensibilité du parc nucléaire aux impacts du changement climatique vient d’être officialisée dans le rapport de la Cour des comptes remis au Sénat fin mars. (...) « Les nouveaux réacteurs seront soumis à des exigences beaucoup plus fortes au regard du changement climatique. Il faut considérer que cette dernière partie est une forme d’alerte adressée à l’ensemble des acteurs du nucléaire », a ainsi déclaré la présidente de la 2° chambre.

Lire cet article

 

 

Les centrales nucléaires
sont très gourmandes en eau

Jade LINDGAARD, Médiapart, le 3 mars

Le parc atomique est le deuxième plus gros consommateur d’eau douce en France. Les centrales nucléaires consomment-elles trop d’eau par rapport aux ressources disponibles ?
________________________________

Sécheresse : le manque d'eau peut-il mettre la France en panne électrique ?

Marie-Adélaïde SCIGACZ, FT, le 3 mai

En France, où l'énergie dépend largement du nucléaire, la perspective de sécheresses pose la question de la résilience du réseau électrique. La sécheresse et les canicules pourraient-elles un jour couper à la fois le robinet et le courant ?

 

Histoires d’eau :
centrales thermoélectriques
et environnement

André MARQUET, Global Chance, juin 2021

L’air et l’eau sont l’objet de sollicitations colossales et de pollutions multiples : prélèvements d’eau considérables par l’industrie et l’agriculture intensive notamment, rejets de gaz à effet de serre, de produits chimiques divers, de produits radioactifs. Notre environnement est sujet, en France comme à l’échelle planétaire, à d’énormes rejets d’énergie perdue, souvent plus considérable encore que celle que l’on cherche à produire pour satisfaire notre course à la production et notre soif de transports et de déplacements planétaires. Nous examinons ci-dessous le cas d’une partie encore dominante de la production d’électricité par des centrales thermiques.

Lire cet article

 

L'adaptation au changement climatique du parc des réacteurs nucléaires
Communication à la commission des finances du Sénat

Rapport de la Cour des Comptes, mars 2023

Le parc nucléaire français va être confronté au cours de ce siècle au changement climatique dans un contexte de transitions industrielle et technique. Ces défis techniques et industriels pour les décennies à venir devront être relevés dans un contexte où le parc nucléaire subit un accroissement en intensité et en fréquence des épisodes de chaleur et des extrêmes climatiques. L’adaptation au changement climatique nécessite de préciser ce à quoi il faut s’adapter, à quelle échéance, et comment les aléas climatiques sont pris en compte pour assurer la sûreté et la production nucléaire.

Télécharger ce Rapport

 

Eau et nucléaire :
en attendant le désert ?

Jean-Luc PASQUINET, juin 2023

L’eau est avec l’air l’élément le plus important pour la vie. Elle est présente de façon très importante, à la fois sur Terre et dans notre corps. Plus de 72 % de la surface de la Terre en est recouverte et notre corps en est composé à 60 %. Or, en cas de contamination radioactive les radionucléides se retrouvent inéluctablement dans l’eau.

Lire ce texte

 

Plantes contaminées à Golfech : quand l’activité nucléaire impacte le vivant

Stop Golfech, été 2022

Selon l’étude réalisée entre juin et août 2022 sur la Garonne, des plantes aquatiques ont été prélevées en amont et en aval de la centrale nucléaire de Golfech, puis analysées par un laboratoire indépendant. Résultat : les activités mesurées de radionucléides contenus dans ces plantes sont significativement plus importantes en aval qu’en amont. Un phénomène accentué par la sécheresse estivale, amené à s’intensifier au fil des années.

Lire cet article

 
# QUELQUES ÉVIDENCES MENU

Manipulation de l'opinion
face au fiasco de la politique énergétique

par Annie et Pierre PÉGUIN - mai 2023

Le lobby du nucléaire a su gagner la bataille
de l'opinion en prétendant que la production nucléaire d'électricité est « décarbonée »,
ce qui est vrai si on ne considère que le fonctionnement du réacteur, mais qui est faux en réalité si on prend en compte tout le cycle de l'uranium, de la mine à sa gestion en déchets pour des millénaires, ainsi que celui des réacteurs, de leur construction à leur démantèlement. La manipulation de l'opinion par la diffusion permanente de mensonges et contre-vérités permet de justifier la relance du nucléaire, elle permet aussi de cacher l'échec de la politique de l'énergie dite « du tout nucléaire ».

Lire ce texte

Version complétée en calepin


DESSIN RED! pour agirpourlenvironnement.org

L’EPR chinois arrêté, quid du parc français ?

par Olivier CLERC et Emma RODOT, Ouest-France, le 28 juin 2023

Le Canard Enchaîné du 18 juin annonce que l’EPR (réacteur nucléaire de nouvelle génération) de Taïshan (Chine), premier en fonctionnement dans le monde, est à nouveau à l’arrêt depuis le 31 janvier 2023 et que ce n’est pas normal. Car si cette suspension de la production d’électricité était bien prévue pour changer le combustible du réacteur, elle n’aurait dû durer qu’un gros mois…

Fin juin, toujours pas de redémarrage. La faute, semble-t-il, à la détection d’un nouveau pépin technique. Déjà, en 2021, des ruptures de ressorts dans les cages d’assemblages de combustible avaient mis Taïshan en rideau. L’EPR de Flamanville (Manche), bâti sur le même modèle, subissait alors un énième retard pour apporter les correctifs nécessaires avec Framatome. Cette fois, ce sont les gaines qui isolent les crayons de combustibles qui seraient oxydées, étanchéité en berne. Gaines fabriquées par le français Framatome, filiale d’EDF, selon les informations du journal satirique. Les silences consécutifs à la livraison du Canard Enchaîné de cette semaine ne manquent pas d’interroger.

Lire cet article

Cigéo poursuit son petit train-train

par David LURINAS, Homo nuclearus, le 22 Juin 2023

À petite allure mais sûrement, le puzzle du projet Cigéo s’assemble. À la faveur d’une opération estampillée d’intérêt national, des petites touches annexes et concomitantes aux travaux de percement des tunnels sont apposées sur le tableau général peint par l’Andra. Parmi icelles, une ligne ferroviaire en point de fuite acheminant les futurs colis nucléaires. L’éventualité de cette phase parallèle rend encore plus inéluctable le début de la réception des déchets.

Lire cet article

 
# APPEL DE SCIENTIFIQUES MENU

Appel de plus de 1.000 scientifiques
contre un nouveau programme nucléaire

Appel à l'initiative de membres du Groupement de Scientifiques pour l'Information sur l'Energie Nucléaire (GSIEN) et de Global Chance, de médecins, d'enseignantes et d'enseignants, d'ingénieures et d'ingénieurs, d'universitaires et de chercheurs, juin 2023

Le 11 février 1975 dans les colonnes du Monde, 400 scientifiques invitaient la population française à refuser l’installation des centrales nucléaires « tant qu’elle n’aura pas une claire conscience des risques et des conséquences ». Rappelant le caractère potentiellement effroyable d’un accident nucléaire, ils constataient que « le problème des déchets est traité avec légèreté », et que : « systématiquement, on minimise les risques, on cache les conséquences possibles, on rassure ».

La pertinence de cet appel, qui pourrait être repris quasiment mot pour mot aujourd’hui, a été largement confirmée dans les dernières décennies. (...) Force est de constater qu’après un demi-siècle de développement industriel, nous ne maîtrisons toujours pas les dangers de l’atome, et n’avons fait que repousser des problèmes annoncés de longue date. (...)

Appel des 400 scientifiques

1974 - Pétition de masse des scientifiques opposés au programme nucléaire. Le groupement des physiciens à l'origine de cet Appel donnera naissance au GSIEN, Groupement des Scientifiques pour l’Information sur l’Énergie Nucléaire.

> Voir l'Appel des 400

> Lire l'extrait « L'Appel des 400 un engagement tardif mais décisif : " Allez, on prend le train en marche". » in Les physiciens dans le mouvement antinucléaire : entre science, expertise et politique, Sezin Topçu, Cahiers d'Histoire n° 102, 2007

Aujourd’hui, toute critique de la technologie nucléaire, soumise au double secret industriel et militaire, est devenue extrêmement difficile au sein des écoles, laboratoires et instituts qui lui sont liés. Mais les sciences de l’ingénieur n’ont le monopole ni du savoir ni de la légitimité pour décider de notre avenir. Les sciences de la terre et du vivant, de la santé, les sciences sociales et économiques, les humanités et les lettres produisent des enquêtes, des analyses et des contre-récits sans lesquels nous ne saurions rien aujourd’hui des véritables conséquences de l’atome sur les sociétés, les milieux de vie et les populations, humaines et autres qu’humaines.

C’est pourquoi nous, femmes et hommes scientifiques, médecins, enseignants, ingénieurs, universitaires et chercheurs lançons cet appel à refuser tout nouveau programme nucléaire. À un choix imposé qui engagerait notre avenir sur le très long terme, nous opposons la nécessité d’élaborer démocratiquement et de manière décentralisée, à partir des territoires et des besoins, des propositions de rupture pour des politiques de sobriété, de transition énergétique, et de justice écologique.

Lire ce texte

Face à la relance du nucléaire, les « anti » ressortent du bois, AFP, le 12 septembre 2023

Relance du nucléaire : la loi publiée au Journal officiel

par Anne Lenormand, Localtis avec AEF, le 27 juin 2023

La loi relative « à l’accélération des procédures liées à la construction de nouvelles installations nucléaires à proximité de sites nucléaires existants et au fonctionnement des installations existantes » a été publiée au Journal officiel ce 23 juin. Elle prévoit notamment de simplifier plusieurs étapes du parcours d’autorisation d’un projet de réalisation d’un réacteur - concertation du public, déclaration d’utilité publique, mise en compatibilité des documents d’urbanisme, autorisations d’urbanisme ou autorisation environnementale.

Lire la suite

 
# L'INSTITUT BELRAD MENU

L'Institut BELRAD

Après l’accident de Tchernobyl, Vasily Nesterenko, physicien nucléaire, Directeur de l’Institut de recherche nucléaire de Sosny, prend immédiatement la mesure de la catastrophe et essaie d’alerter les autorités sur les mesures à prendre pour protéger autant que possible les populations. Il fonde l’Institut indépendant de protection radiologique Belrad en octobre 1990, à la suggestion et avec l’appui d’Andreï Sakharov, Prix Nobel de la paix 1975, d’Anatoly Karpov, champion du monde d’échecs, et de l’écrivain Ales Adamovitch.

L’Institut Belrad réalise notamment des mesures de la contamination radioactive dans l’organisme des enfants. Ces informations sont transmises aux habitants et on explique aux mères de famille comment éliminer une grande partie des radionucléides radiotoxiques présents dans les aliments. Des cures intermittentes de pectine de pomme chez les enfants contaminés réduisent la charge corporelle en radiocésium qui est cause de nombreuses maladies.

Ce livret présente et met en perspective le travail de l'Institut Belrad, seul organisme de radioprotection indépendant travaillant pour et avec les populations biélorusses vivant dans les zones contaminées.

Plus d'informations


 
# WLADIMIR TCHERTKOFF MENU

Wladimir Tchertkoff
Trois conférences données au Japon

À l'occasion du Forum social mondial antinucléaire qui se tenait alors à Tokyo, Wladimir Tchertkoff était venu au Japon en mars 2016 donner trois conférences pour dénoncer la politique criminelle mise en place suite à la catastrophe de Tchernoby par des experts et des organismes internationaux, et prévenir les populations japonaises des territoires contaminés par la catastrophe de Fukushima, que la même stratégie s’était mise en place au Japon avec les mêmes protagonistes, les mêmes justifications pseudoscientifiques et sous l’égide des mêmes autorités.

Yves Lenoir a préfacé ce volume et établi une postface inédite pour dévoiler des faits ignorés sur la gestion de la crise post-Tchernobyl par l'Union soviétique et les instances internationales, rétablissant ainsi quelques vérités historiques.

Plus d'informations

 


Wladimir Tchertkoff en 2016 à Hiroshima - photo Kolin Kobayachi

Wladimir Tchertkoff est parti pour d'autres chemins

Le 9 avril 2023 peu avant l'aube, Wladimir Tchertkoff nous a quitté. La triste nouvelle a soulevé une immense émotion parmi toutes celles et tous ceux qui l'avaient côtoyé durant ces dernières décennies ou connaissaient son engagement pour la cause des victimes du désastre de Tchernobyl et son soutien à l'Institut Belrad.

Journaliste aux TV italienne RAI et suisse TSI, réalisateur de films documentaires sur des thèmes politiques et sociaux, particulièrement les relations de pouvoir. Ses derniers films, réalisés avec Emanuela Andreoli, documentent la catastrophe de Tchernobyl et les dangers liés à l'énergie nucléaire - dont Le Sacrifice (2003) sur les liquidateurs de Tchernobyl et Controverses nucléaires (2004) sur le congrès de Kiev en 2001.

Il est également l'auteur du livre Le Crime de Tchernobyl - Le Goulag nucléaire, et est un des co-fondateurs de l'association Enfants de Tchernobyl Belarus.

 

Films de Wladimir Tchertkoff
et Emanuela Andreoli
sur le site de ETB :

Le piège atomique (TSI, 1991 - 47')
Nous de Tchernobyl (TSI, 1991 - 54')
Yury et Galina Bandazhevskaya (2001 - 30')
Le Sacrifice (Feldat, 2003 - 24')
Controverses nucléaires (Feldat, 2003 - 50')
Vassily Nesterenko (2008 - 19')

 

 
Wladimir Tchertkoff raconte : Le crime de Tchernobyl - filmé par Kolin Kobayachi en 2012

 

 

PAS DE RELANCE

 
# UNE FICTION ATOMIQUE MENU

EP²R : une fiction atomique française
pour une relance du nucléaire qui ne dit pas son nom

par François VALLET, le 2 mars 2023

La décision du président Macron de relancer le nucléaire en France a enclenché une machinerie technocratique censée faciliter la construction de nouveaux réacteurs. Elle masque une autre machinerie déjà en activité pour la prolongation jusqu'à 50 ans, ou plus, de l'exploitation des 21 réacteurs nucléaires ayant dépassé 40 ans de service.

Imaginons qu’une entreprise de transports routiers internationaux possède et exploite 56 poids-lourds, dont 21 de plus de 40 ans et 30 de plus de 30 ans. Ces 51 véhicules de plus de 30 ans, construits selon les normes de l’époque, ne sont évidemment plus conformes à celles d’aujourd’hui en termes de sécurité, de consommation de carburant et d’émissions polluantes, sans parler du confort des conducteurs. (...) pour ce type de véhicule, un contrôle technique obligatoire doit être réalisé une fois par an dans un centre agréé ayant une autorisation spécifique pour les poids-lourds. Ces camions ne disposeraient donc plus de l’attestation de conformité nécessaire. (...)

Lire en ligne la suite de cet avant-proposTélécharger le texte intégral

À bout de flux

par Fanny LOPEZ, Lundi matin, le 19 septembre 2022

Dans À Bout de Flux, paru aux Éditions Divergences, l’historienne de l’architecture Fanny Lopez poursuit un travail qui s’attache à décortiquer les dimensions politiques et spatiales des infrastructures énergétiques. L’auteur y déploie une double histoire du numérique et des réseaux de production, d’acheminement et de transmission électrique : un éventail de prises pratiques par lesquelles comprendre le fonctionnement de cette « mégamachine ».

A l’heure où les appareils gouvernementaux présentent la sobriété individuelle comme réponse à la crise de l’énergie, et où Ursula Von Der Leyen nous apprend comment nous laver les mains sans gaspiller de l’eau en sifflant l’hymne européen, Fanny Lopez revient avec clarté et finesse sur les aspects matériels de ces infrastructures, et met en relief différentes propositions pour les mettre en déroute : leur opposer d’autres formes de réseaux, d’autres rapports à la technique. Comme nous la recevrons la semaine prochaine dans lundisoir, nous vous proposons, en guise de prémices, ces bonnes feuilles.s. 

Lire cet article

La triple dépendance française
en combustible nucléaire

par Jean-Claude ZERBIB et Bernard LAPONCHE, Global Chance, mai 2023

Le gouvernement actuel prône le prolongement de la durée de fonctionnement des réacteurs actuels et la construction d’un certain nombre de réacteurs de la filière EPR2, héritière de l’EPR. Le principal argument de cette politique est « l’indépendance énergétique nationale », faisant d’ailleurs un raccourci trompeur de l’énergie à l’électricité et de celle-ci au nucléaire, symbole imaginaire d’une prétendue indépendance.

L’indépendance est loin d’être acquise du côté du « combustible nucléaire » qui fait « bouillir la marmite ». En effet, l’uranium naturel, matière première pour la fission, est depuis plusieurs dizaines d’années, totalement importé. Les fournisseurs sont nombreux mais, parmi les principaux, Kazakhstan, Niger, Ouzbékistan, Australie, Canada, trois présentent des risques géopolitiques.

L’objectif de cet article est d’évaluer :
- Les tonnages d’uranium qui sont livrés directement en France par le pays producteur, sous forme de yellow cake et subissent ensuite toutes les transformations, jusqu’à la mise sous forme d’assemblages ;
- Les tonnages d’uranium naturel qui transitent par un pays tiers, pour arriver en France sous forme d’uranium enrichi, gazeux ou solide, voire même d’assemblages combustibles réalisés à l’étranger ;
- Les opérations d’enrichissement en Russie de l’uranium appauvri d’EDF ;
- Les opérations d’enrichissement de l’uranium de retraitement d’EDF et d’Orano en Russie.
- La fabrication des assemblages combustibles, assurée en partie à l’étranger.

Sera ainsi établie la triple dépendance, totale ou partielle, en approvisionnement d’uranium naturel, en enrichissement de l’uranium naturel, de l’uranium appauvri et de l’uranium de retraitement et, en fabrication des assemblages combustibles.

Lire cet article

Non, la France n’est pas indépendante
grâce au nucléaire

par François VALLET, Reporterre, le 12 octobre 2022

Bonne nouvelle. On va enfin parler de la prétendue « indépendance énergétique » de la France, tant vantée par le président Macron. Lors de son discours du 8 décembre 2020 au Creusot, il affirmait en effet : « Nous avons fait le choix du nucléaire en 1973 pour gagner en indépendance énergétique et, contrairement à certaines voix que j’ai pu encore entendre récemment, la France n’a pas tout mal fait dans son passé. » Sur le site de l’Élysée, la retranscription de ce discours précisait même qu’« en générant plus de 41 % de l’énergie en France, le nucléaire nous [rendait] autonomes ».

Or, c’est faux, pour une raison toute simple. (...)

Lire cet article

Occitanie :
l’industrie finance la guerre de Poutine

Célia IZOARD, L'Empaillé, le 23 mai 2023

En pleine guerre d’Ukraine, des poids lourds de la région comme Safran, Airbus ou son sous-traitant Figeac Aéro ont obtenu une dérogation de l’Union Européenne pour continuer de s’approvisionner en titane russe via Rostec, le principal groupe d’armement proche de Poutine. Une subvention à l’effort de guerre russe, alors que l’avenir nous promet des tensions internationales croissantes autour des ressources en métaux dont l’industrie a un besoin exponentiel. (...) Comme l’a révélé une enquête de Marc Endeweld, l’offensive russe visait aussi à empêcher le raccordement des centrales nucléaires ukrainiennes au réseau européen.

Lire ce texte

De la servitude électrique et de ses méfaits,
histoire du développement de l'électricité

par Nicole THÉ, printemps 2021

À un moment où les médias évoquent une projection d'augmentation de la consommation d'électricité "pour couvrir nos besoins" de 30 % à l'horizon 2050, il devient indispensable de s'attaquer à ce credo de la nécessaire croissance électrique. On peut certes s'en prendre en général à la façon dont nos besoins sont créés et conditionnés pour servir la recherche du profit, mais il faut aussi arriver à remettre en cause le recours massif à l'électricité en soi. Montrer ce qu'il a de scandaleux, notamment pour des usages non spécifiques comme le chauffage électrique, au regard de l'ampleur des dégâts environnementaux associés à toutes les sources industrielles de production d'électricité. Montrer aussi en quoi cette mise à disposition apparemment indolore d'énergie contribue en fait à nous emprisonner dans des pratiques quotidiennes et des modes relationnels de plus en plus pauvres et dépendants.

Se saisir de ces arguments pourrait peut-être, d'ailleurs, aider au dépassement des tensions qui, dans la lutte contre le changement climatique, oppose souvent les antinucléaires à tous ceux qui ne pensent qu'aux méfaits du CO2. Et permettrait de faire le lien avec les luttes en cours contre le déploiement de la 5G et plus généralement contre la numérisation du monde.

Lire cet article

 
# MONTPELLIER SIGNE LE TIAN MENU

Montpellier devient
la 70° ville de France à soutenir le TIAN

Montpellier est la première ville du département de l’Hérault à signer l’Appel des villes pour soutenir l’universalisation du Traité des Nations unies sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) et inviter la France à adhérer à cette nouvelle norme internationale. Cet Appel, lancé par ICAN (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires), prix Nobel de la Paix 2017, a pour objectif de soutenir ce traité en vigueur depuis le 22 janvier 2021.

Cette signature a eu lieu le 17 avril en présence de Patrice Bouveret co-porte-parole de ICAN France et directeur de l’Observatoire des armements, ainsi que des représentants du Collectif Stop armes nucléaires 34. Elle ouvrait une semaine d‘événements intitulée « Le désarmement nucléaire à l’heure de la guerre en Ukraine ».

Montpellier rejoint ainsi les 69 autres villes françaises, dont Paris, Lyon, La Courneuve, Bordeaux, et plus de 700 autres à travers le monde (Berlin, Sydney, Oslo, Washington…) déjà signataires.

Cet Appel des villes souligne le danger des armes nucléaires, renforcé depuis le début de la guerre d’invasion de la Russie en Ukraine. Il demande à la France de rejoindre le processus du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Ce traité, mis en œuvre par l’ONU, est à ce jour signé par 92 États et compte 68 États membres (dont l’Autriche, l’Afrique du Sud, l’Irlande, le Mexique, la Nouvelle Zélande, le Saint-Siège). Il est soutenu également par le Comité international de la Croix-Rouge et de très nombreuses organisations.  

Lire le communiqué d'ICAN

M. le président, puisque vous êtes à Hiroshima

Dans une tribune à L’Opinion, (et ici) un collectif de 59 parlementaires, demandent au Président (à l'occasion du Sommet du G7, du du 19 au 21 mai) de ne pas isoler la France du dialogue sur le désarmement nucléaire aux Nations Unies, sous peine d’affaiblir la crédibilité de la France et de brouiller notre posture nucléaire.

Lire cette tribune

 
# FUKUSHIMA 12 ANS MENU

 

Fukushima - 12 ans de catastrophe

Alors que le lobby nucléaire cherche, par la voix de Macron, à nous imposer la relance de cette industrie mortifère, il est important de nous souvenir que l’énergie électronucléaire a été à l’origine d’énormes catastrophes écologiques et humaines dont des populations continuent, des décennies plus tard, à payer le prix.

 

SAMEDI 11 MARS 2023
Projection-débat :
« Tchernobyl-Fukushima,
le nucléaire c'est aussi la catastrophe »
au Maltais Rouge à Paris

À l’occasion du 12° anniversaire de l’accident de Fukushima, prenons ensemble la mesure des désastres encore en cours et du risque potentiel que l’on nous fait subir. Briser le silence et les mensonges médiatiques sur le sujet fait partie du combat antinucléaire qu’il s’agit de mener sans relâche.

Avec la participation de :

  • Yves Lenoir : Enfants de Tchernobyl Belarus

  • Yuki Takahata : de Yosomono.net France

  • Pierre Fetet : Observateur de Fukushima

 

Un évènement organisé par le collectif
Arrêt du Nucléaire, Sortir du nucléaire Paris
et Yosomono-net France.

Introduction
par Anne-Marie
du CCOA
Tchernobyl et Belrad
par Yves LENOIR
Fukushima
par Yuki TAKAHATA et Pierre FETET
Lien vers la source audio :
Ouvrir le Fichier 1 - Fukushima Yuki-Pierre
   
  Lire l'article de Pierre Fetet (26 mars 2023) qui illustre l'entretien : « La cuve du réacteur n°1 de Fukushima Daiichi menace de s'effrondrer » Voir l'article sur le blog de Fukushima

« Message à toutes les personnes dans le monde qui continuent de se préoccuper du sort des habitants de Fukushima »

par Ruiko MUTO, déléguée de la partie plaignante au procès pénal intenté contre les dirigeants de TEPCO - Traduit par yosomono-net France (mars 2023).

Lire ce texte

 

 
# RELANCE DU NUCLÉAIRE ? MENU

 

Relance du nucléaire : un fiasco en perspective ?

La relance du nucléaire décrétée par Macron n'est sûrement pas écologique, mais est-elle seulement viable dans le contexte industriel, économique et climatique où elle devrait s'inscrire ?

Loin de la maîtrise technique exceptionnelle qu'elle n'a cessé de nous vanter, EDF est confrontée à des difficultés sans fin à la fois sur l'EPR prototype en construction et sur une bonne partie des réacteurs vieillissants, amplifiées par une perte croissante de compétences. Alors qu'elle est au bord de la faillite, où EDF va-t-elle trouver les dizaines de milliards exigés par un tel programme ? Et dans un contexte de sécheresse grandissante, comment pourrait-elle continuer à faire évaporer et réchauffer des volumes croissants de l'eau des fleuves pompée par ses réacteurs ? Enfin, que ferait-elle de montagnes de déchets radioactifs supplémentaires quand elle ne sait pas traiter celles qui sont déjà là ?

Pourtant, si démentiel que paraisse ce programme de relance, on ne peut que prendre acte de la persistance de forces travaillant activement à ce qu'il s'impose à nous : la part de l'armée et de la recherche publique dépendant de l'atome, les entreprises et cabinets d'étude qui y voient un juteux marché en perspective, et maintenant... certains écologistes pour qui la parade au changement climatique ne peut se concevoir qu'en termes techniques. Autant dire que l'on a fort à faire pour contrer cette offensive.

 
Lien vers la source audio :
Ouvrir le Fichier 2 - Relance du nucléaire

Ni prolongation, ni relance, arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire !

 

Le choix du nucléaire est d'abord
une affaire politique, économique et sociale

par Gianni CARROZZA, contribution à la réunion publique du 10 mars 2023 à Noisy-le-Sec.
Débat « Relance du nucléaire, solution ou piège ? » présenté par Sabine Rubin.

Je ne suis pas un "expert" et je fais partie d'un collectif qui revendique le droit de la population d'avoir son mot à dire notamment sur les questions qui la concernent telles que les questions de santé publique, d’énergie, de travail... Car c'est elle qui subit les conséquences des décisions prises sur sa tête. Je ne suis pas ingénieur, mais j'ai une formation d'historien. Ce qui m'a amené à faire une petite recherche sur les promesses du nucléaire et sur sa réalité. J'ai constaté que le choix du nucléaire est d'abord une affaire politique, économique et sociale et, seulement comme conséquence, une question d'ordre technique, malgré les efforts du lobby pour nous faire croire le contraire.

Ce soir je vais vous parler du mythe selon lequel nous serions un pays vertueux qui essaye de réduire sa production de CO2 en utilisant l'uranium pour produire de l’électricité, et qui serait entouré de pays pollueurs à qui nous devrions imposer cette énergie verte que serait l’énergie atomique.

Voir cette contribution

 
# SCANDALE DE L'EPR MENU

Scandale EPR ou comment faire fonctionner
des réacteurs nucléaires avec des rustines

par la CRIIRAD, le 15 février 2023,
article paru dans Trait d’Union n° 96 (déc. 2022)

En2021, les fuites enregistrées sur l’EPR de Taishan 1 sont d’abord considérées comme banales par de nombreux experts. Après étude d’informations transmises par un salarié du nucléaire, la CRIIRAD interpelle les autorités et révèle que ces dysfonctionnements sont liés à un défaut de conception de l’hydraulique de la cuve susceptible d’impacter tous les réacteurs EPR, dont celui de Flamanville.

Huit mois plus tard, l’IRSN confirme l’analyse de la CRIIRAD : un défaut de conception est bien à l’origine de vibrations anormales conduisant à un endommagement inédit du combustible nucléaire dans le cœur des EPR.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire laissera-t-elle malgré tout démarrer l’EPR de Flamanville en 2023 ?

Lire cet article

Communiqué de presse (15 fév 2023)

« La confiance est comme une fine coupe de cristal.
La moindre fissure la rend inutilisable. »

Alexandro JODOROWSKY

Dans la famille « 2 », je demande l’EPR

par Homo Nuclearus, le 8 juin 2023

En France, la nouvelle génération de réacteurs est promise comme totalement efficiente. Les retours d’expériences et les améliorations envisagées doivent permettre d’atteindre cet objectif, cette perfection technologique. Pourtant, il faut en passer par la clôture du design final, de nouveaux tests et l’actualisation des dossiers de validation. Aussi, les considérations industrielles et les recrutements professionnels seront des paramètres d’importance pour assurer les finitions dans les règles de l’art, dans le même temps tenir les échéances politiques. Pour le gouvernement, la phase de constructibilité du chantier doit être opérante dans les meilleurs délais, le projet répondre aux besoins climatiques dans les temps restreints impartis. (...)

Lire le texte

 

 

 

DÉBAT PUBLIC

 
# POUR UN VRAI DÉBAT PUBLIC MENU

PÉTITION

Pour un référendum
sur le nucléaire militaro-civil :
ni débat tronqué, ni simulacre de concertation

Nota : cette pétition n’est pas celle du collectif ADN mais de personnes de différentes sensibilités

pétition mise en ligne le 24 janvier 2023

Un vrai débat public, suivi d’un référendum
sur le nucléaire militaro-civil, est indispensable

La guerre actuelle en Ukraine, montre bien que toute installation nucléaire est à la fois un but de guerre, une arme de destruction massive à disposition des ennemis de l’humanité et une catastrophe majeure en puissance dont les effets, à court, moyen et très long terme, échapperont à tout contrôle. Il n’est pas acceptable d’être soumis à de telles menaces, construites par une industrie de guerre.

Lorsque cette industrie fixe le calendrier, le contenu et les limites des débats publics qui la concernent, ils se soldent par des décisions technocratiques, antidémocratiques et antiéconomiques.

Un véritable débat public sur le nucléaire ne peut pas être limité à la place du nucléaire dans le système énergétique de demain. Toutes les questions sur les impacts du nucléaire sur nos vies et celles des générations à venir devraient être abordées dans un vrai débat public. Et la conclusion logique de celui-ci est un référendum, seul outil démocratique permettant à l’ensemble des citoyennes et citoyens de se prononcer pour ou contre le soutien de l’État français à l’industrie nucléaire militaro-civile. 

Lire et signer cette pétition

Saisine de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP)
en application de l’article L121-10 du code de l’environnement

Lettre à la CNDP signée par 113 députés, le 25 octobre 2022

113 députés de 5 groupes parlementaires ont saisi la CNDP pour l’organisation d’un débat public relatif à la place du nucléaire dans le système énergétique de demain. La Commission Nationale du Débat Public a décidé en séance plénière, le 21 décembre 2022, de rejeter cette saisine d’organiser un débat public.

Lire notre dossier
ainsi que d'autres arguments pour le débat

Nucléaire : le gouvernement doit accepter le débat démocratique

par Antoine GATET, France Nature
Environnement
, le 4 septembre 2023

Président de France Nature Environnement, Antoine Gatet répond à une tribune pronucléaire de la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, parue le 25 août dans Libération. Il rappelle que les émissions de carbone ne peuvent être le seul critère d’analyse du problème, et que le gouvernement doit être à l’écoute des concertations en cours.

L’urgence climatique est une réalité et nous saluons le fait que ce sujet soit enfin inscrit à l’agenda politique sous l’autorité de la Première ministre. Si l’on peut aussi saluer la trajectoire à la baisse des émissions de gaz à effet de serre en France, il faut rappeler que cette baisse est deux fois inférieure au rythme nécessaire pour atteindre nos objectifs de neutralité carbone. Dans une tribune récente où elle plaide pour le nucléaire, Agnès Pannier-Runacher invoque des réalités objectives et scientifiques pour affirmer qu’il s’agit, aux yeux du gouvernement, d’un outil essentiel de la décarbonation de la France. Elle appelle aussi à un débat public sur le sujet. Mais pour que débat public il y ait, il faut ne pas omettre la réalité des controverses qui concernent le nucléaire. France Nature Environnement, qui a pour objet l’information et la participation au débat public, tient à sa disposition nombre de ces éléments.

Lire la tribune

Pendant ce temps, au Sénat

LES SÉNATEURS, en débat sur la loi sur l’accélération des procédures administratives pour construire plus vite de nouveaux réacteurs nucléaires, ont adopté le 24 janvier un amendement, présenté par le groupe LR, qui fait sauter le plafond de 50 % de nucléaire dans le mix électrique français à horizon 2035. La majorité du Sénat n’a donc pas attendu la fin du débat public, ni la présentation par le gouvernement de son projet de loi de politique énergétique, pour la revoir à la sauce nucléariste. Chantal Joanno, la Présidente de la CNDP, s’en est émue car elle considère que l’amendement voté par le Sénat, auquel le gouvernement n’a pas mis son véto, sape son beau débat public.

La sénatrice écologiste de Gironde Monique de Marco a quant-à-elle présenté un amendement afin d’interdire la construction de nouveaux réacteurs en zone littorale inondable (Le Blayais est particulièrement visé). Cet amendement a été adopté, à nouveau sans que le gouvernement n’y oppose son veto. La sénatrice socialiste du Lot Angèle Préville a pour sa part défendu l'idée d'un vrai débat à l’échelle nationale : « Devant le choix crucial que constitue la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, choix de société par excellence, un réel débat public s’impose pour débattre de la place du nucléaire dans notre mix énergétique et pas uniquement des sites d’installation. »

 
# CIGÉO - PAS DAC MENU

Communiqué de presse du
Front Associatif et Syndical contre CIGEO

Communiqué cosigné par plusieurs organisations dont le Collectif ADN, le 17 janvier 2023

Le 16 janvier 2023, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a déposé sa Demande d’autorisation de création (DAC) pour le projet d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo. Alors que le projet présente toujours de nombreux problèmes restés sans réponse depuis des années, une étape de plus est franchie dans une fuite en avant dangereuse et irresponsable.

Une étape de plus vers la construction de CIGEO

En juillet 2022, le projet Cigéo a été déclaré d’utilité publique (DUP) et Opération d'intérêt national (OIN), ce que 32 organisations et 30 habitant·es ont dénoncé en déposant un recours en septembre dernier. Cette DUP ouvre d’ores et déjà la voie à des travaux préalables. CIGEO franchit une nouvelle étape avec le dépôt de cette Demande d’autorisation de création (DAC) qui pourrait aboutir, après 30 mois d’instruction et une enquête publique en 2026, à l’autorisation, en 2027, de lancer une « phase pilote ». Cette phase verrait la construction des principaux ouvrages en surface et des premiers ouvrages souterrains et permettrait de recevoir les premiers déchets radioactifs entre 2035 et 2040. (...)

Lire le communiqué

 
# SOULÈVEMENTS DE LA TERRE MENU

 

« Écoterrorisme » : le gouvernement
veut dissoudre la résistance écologiste

TRIBUNE COSIGNÉE PAR LE COLLECTIF ADN - relayée par Reporterre, le 9 janvier 2023


Akira Kurosawa, Rêves, Le mont Fuji en rouge, 1990

 

Mardi 20 décembre dernier, au début des vacances de Noël les plus chaudes jamais enregistrées, le journal Le Parisien publiait les bonnes feuilles d’un mystérieux rapport des Renseignements territoriaux, « fuité » à dessein, sous le titre tapageur : « l’inquiétant virage radical des activistes écologistes ».

Cette étrange habitude des « services de sécurité » français de communiquer, sans en avoir l’air, sur leurs intentions, sonne une fois encore comme un test en vue d’une nouvelle salve répressive. 

Un test qui s’adresse en réalité à chacun.e d’entre nous, qui avons participé, d’une manière ou d’une autre, aux luttes écologistes des dernières années. 

Ce « virage radical » des écolos serait donc le fait des manœuvres cachées d’un regroupement d’« ultra-gauche » récemment converti à la cause écologiste, sournoisement dissimulé sous l’enseigne « Les Soulèvements de la Terre », et non le signe de la radicalité de la situation dans laquelle nous sommes toutes et tous prises jusqu’au cou.

Lire cette tribune

 
# LE MONDE SANS FREIN MENU

 

Le Monde sans frein... avec le nucléaire  !

Fin 2022, plusieurs libraires ont reçu un message mail de la Commission Environnement de Dargaud.

Cette « Note à l'attention des librairies — Le Monde sans fin » leur demande d'inclure un erratum dans l'album de Jancovici et Blain : « Nous ne pouvons relever ici tous les points de la BD qu'il s'agirait de corriger et discuter. Pour n'en citer qu'un sur lequel nous ne pouvons nous résoudre à fermer les yeux : la vision des accidents de Tchernobyl et de Fukushima ainsi que sur le nombre de morts et de personnes contaminées par le nucléaire cité représentent un révisionnisme et un négationnisme parmi les plus grossiers du livre ». La controverse est abordée dans le Cheknews de Libération et par ActuaLitté.

L’ingénieur et consultant Stéphane His, dénonce lui des erreurs importantes et un biais pronucléaire évident dans cette BD qu'il décortique page par page... Pour La jaune et la rouge, revue de l’École polytechnique dont Jancovici a été élève, François-Xavier Martin relève de nombreuses inexactitudes, notamment sur le nucléaire.

Voir notre dossier

Lettre au directeur général de Dargaud

par le collectif BURESTOP (7 février 2021)

Nous avons relevé de nombreuses erreurs : données fausses, affirmations non étayées. L'utilisation de comparaisons hasardeuses qui émaillent cet ouvrage est infiniment contestable, au regard de la gravité du sujet traité. En ce qui concerne les accidents nucléaires majeurs tels Tchernobyl ou Fukushima, M. Jancovici tend clairement à en faire un détail de l'Histoire. Il s'appuie sur des propos erronés, notamment ceux du rapport de l'UNSCEAR. Il se fait le porte-parole de la scandaleuse politique du "pas vu, pas pris" répandue par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le cynisme dont l'auteur fait preuve au fil des pages témoigne au passage d'un véritable mépris pour les humains peuplant cette planète ; par exemple relativiser le malheur de 6000 enfants victimes de Tchernobyl atteints d'un cancer “qui se guérit bien” selon lui.

Télécharger cette lettre

« Le Monde sans fin » : lettre ouverte à Jean-Marc Jancovici

par Pierre-Guy Therond, Vice-président New technologies chez EDF EN, le 15 mai 2023

Cher Jean-Marc, J’ai terminé de lire « Le Monde sans fin », qui reflète finalement tes idées depuis au moins la dernière décennie. Je ne vais pas tourner autour du Pot, c’est un « brulot » anti-énergies renouvelables, et j’ai du mal à comprendre « pourquoi tant de haine », ou même pire « tant de condescendance ». Si j’essaye de condenser mon objection principale en quelques mots : tu nies totalement ou presque les progrès considérables effectués par les convertisseurs d’énergies renouvelables ces 20 dernières années, et tu ignores les progrès à venir, tant sur les énergies renouvelables que sur les procédés consommateurs d’énergie.

Lire cet article

 
# DES HAUTS ET DÉBATS MENU

 

Combis antiradiations, pancartes… des antinucléaires s’invitent dans le débat public

Reporterre, Scandola Graziani, le 9 novembre 2022

La deuxième réunion de la Commission nationale du débat public (CNDP), portant sur le projet d’installation de nouveaux EPR, avait lieu mardi 8 novembre à Paris. « Ça suffit cette mascarade, c’est lamentable ! » craque Angélique Huguin. La militante laisse exploser sa colère : « La CNDP, vous êtes l’idiote utile d’un débat qui n’est pas un débat. Vous le savez très bien, tout est décidé d’avance. Vous allez débattre entre vous, dans un petit débat feutré, et tout va bien se passer… Vous jouez avec les générations futures ! »

Lire cet article


Militants du collectif « Piscines nucléaires stop » © Scandola Graziani / Reporterre
Les échos des autres débats- toujours sur Reporterre :
27 octobre
/ 23 novembre / 1° décembre / 12 décembre

Énergie : un "débat" verrouillé...
pour promouvoir le nucléaire

TCHERNOBLAYE, tract pour l'étape du débat bidon à Bordeaux, le 8 décembre 2022

Tout le monde peut constater le mépris total de la Macronie pour la démocratie
et les citoyens, et sa soumission à l'industrie nucléaire…

(...) Les pseudos débats organisés (avec l'argent public) par la Macronie servent à agiter de belles déclarations sur la prétendue "préservation du climat", la supposée "indépendance énergétique" et un éventuel "développement des renouvelables"… mais tout cela est organisé dans le seul but de donner une apparence "démocratique" à la décision absurde de construire des réacteurs nucléaires… dont les premiers entreraient au mieux en service vers 2040 ! Le programme de réacteurs EPR est un désastre industriel et financier et les EPR2, prétendus "simplifiés", suivent la même voie de garage. D'ici 2040, le climat sera détruit et la France ruinée par ses dépenses insensées dans la nucléaire. Macron et ses collaborateurs (souvent poursuivis en justice pour des pratiques aussi lucratives qu'illégales !) condamnent le futur. (...)

Télécharger ce tract

L’Épreuve des débats Parallèles

par David LURINAS, Homo Nuclearus, le 29 novembre 2022

Dans une certaine cacophonie de débats, l’avis des citoyens est sollicité, tendance consultatif. Puis, décisifs, les parlementaires se saisiront de la question énergétique en général, de l’avenir du nucléaire civil en particulier. Parmi la petite partie de la population informée de tels événements, l’insatisfaction gagne sur le fond et la forme et le pessimisme se diffuse concernant les conclusions. Motivés, d’autres encore décident de créer leur propre moment démocratique.

Lire cet article

 

 
# CHIMÉRIQUE RELANCE MENU

 

La relance du nucléaire, une chimère dangereuse
par des membres du COLLECTIF CONTRE L'ORDRE ATOMIQUE (CCOA), le 14 décembre 2022

La relance du nucléaire voulue par Macron et consorts se heurte à tant d'obstacles techniques et financiers qu'il est difficile de comprendre si et comment elle va se concrétiser.

Il y a là de quoi s'interroger sur ce qui se joue au sommet de l'Etat, et de quoi susciter la discussion chez les antinucléaires.

Notamment chez ceux qui se sont regroupés sous la bannière Arrêt du nucléaire (ADN), dont voici un peu l'histoire et la teneur des débats.

 

Comment contrer la montée du discours pronucléaire chez un certain nombre d'écologistes, souvent jeunes mais pas toujours, qui voient dans cette industrie un moyen de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, préoccupation qui à leurs yeux prime désormais sur toutes les autres ?

Depuis quelque temps, c'est là l'un des principaux sujets qui agitent le milieu antinucléaire. Mais la volonté ouvertement affichée cette année par Macron de relancer le nucléaire – avant même que la guerre en Ukraine donne à la question énergétique une dimension critique – a remis sur le tapis d'autres interrogations plus anciennes.
Lire ce texte

Les raisons essentielles pour appeler à l'arrêt du nucléaire

par Annie et Pierre PÉGUIN, décembre 2022

Le fonctionnement des centrales génère en permanence de nouveaux radioélèments très dangereux pour la santé. Ces nouveaux atomes radioactifs sont métabolisés par les organismes vivants, se concentrent le long de la chaine alimentaire et nous contaminent par ingestion, pouvant s'attaquer au métabolisme de nos cellules et à leur ADN. Les conséquences n'en sont pas immédiates ; mais n'y aurait-il pas un lien avec la prolifération des cancers, leucémies, maladies diverses qui ne seraient pas seulement dues aux pollutions et produits chimiques ? (...)

Lire
ce texte

En calepin

TRIBUNE COSIGNÉE PAR LE COLLECTIF ADN

La relance du nucléaire ? Surtout pas

Tribune initiée par le CAN OUEST, le 12 novembre 2022

La CNDP (Commission Nationale du Débat Public) organise un débat public de 4 mois du 27 octobre 2022 au 27 février 2023 sur le projet de construction de deux réacteurs nucléaires « EPR 2 » sur le site de Penly, dans le cadre de la proposition de programme de nouveaux réacteurs nucléaires en France d’EDF. Pour exprimer son opposition à la relance du nucléaire, le Collectif anti-nucléaire Ouest a rédigé une tribune signée par plus de 50 associations et organisations, et ouverte aux signatures individuelles.

Lire cette tribune Télécharger le flyer

 
# THIERRY GADAULT MENU

Les Entretiens du Comité Centrales #1 - Thierry Gadault

Histoire de la filière nucléaire française et de ses affaires

PARTIE 1 - Les rivalités Historiques : 00:15
PARTIE 2 - Privatiser EDF / Récupérer Framatome :
27:30
PARTIE 3 - Les conséquences d'une stratégie ambivalente :
48:34
PARTIE 4 - Des falsifications à l'échec industriel actuel :
1:13:05
PARTIE 5 - Les réacteurs EDF - Actualité d'un désastre en cours :
1:24:55
CONCLUSION - L'avenir incertain du nucléaire (et de l'État) français :
1:44:01

 

Nucléaire : La grande foire au n’importe quoi
par Thierry GADAULT, Blast, 27 décembre 2022

Débat public autour du nouveau nucléaire, commission d’enquête à l’Assemblée nationale, examen d’un projet de loi au Sénat… L’actualité sur l’industrie nucléaire est riche. Mais elle tient plus du règlement de comptes que d’un débat constructif s’appuyant sur la réalité.

Pour l’observateur qui suit l’actualité du nucléaire, la période est dense.
Comme jamais.

 

Entre les réunions organisées par la Commission particulière du débat public (sur le nouveau nucléaire et la première paire d’ERP 2, un modèle simplifié de celui de Flamanville) à Penly (Seine-Maritime), les auditions de la commission d’enquête à l’Assemblée nationale (visant à établir les causes de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France) et celles tenues par le Sénat (dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à « l’accélération des procédures liées à la construction de nouvelles installations nucléaires à proximité de sites nucléaires existants et au fonctionnement des installations existantes »), jamais une telle masse d’informations n’avait été portée sur la place publique en France. 

Cette fois, le débat public que les opposants au nucléaire réclament depuis tant d’années (de décennies) a enfin lieu. A priori, c’est une bonne nouvelle, sur un sujet éminemment structurant pour le pays. Mais à l’arrivée, quelle déception ! En effet, malgré les dizaines d’heures de débats et d’auditions, un élément manque au citoyen pour lui permettre de se faire sa propre opinion : la réalité, telle qu’elle est et non telle qu’elle est fantasmée, par les pro comme par les anti-nucléaires.

Ce déphasage aura été particulièrement flagrant lors des réunions publiques consacrées au nouveau nucléaire, pourtant sans enjeu autre que celui d’une réflexion partagée. Ce débat public n’a été organisé que pour des commodités administratives (Electricité de France a besoin de ses conclusions pour déposer son dossier de création d’une installation nucléaire et un permis de construire), non pour savoir s’il fallait ou non reconstruire un nouveau parc nucléaire. Pour preuve, personne n’a pour le moment interrogé la capacité financière, technique et humaine de l’entreprise à assumer la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires.

Lire ce texte

D'EDF ou du nucléaire, lequel est le plus mal en point ?

Radio Libertaire, le 3 nov. 2022

Dans cet entretien réalisé le 25 octobre par la CNT-Energie et repris ici partiellement, Thierry Gadault évoque le triste état d'EDF et celui encore plus triste du nucléaire français.

Écouter l'émission
 

 
# COMITÉ CENTRALES MENU


Réveiller les esprits antinucléaires

Tournée en France du Comité Centrales

À l’heure où l’État s’apprête à lancer une nouvelle filière de réacteurs EPR et initie un pseudo-débat pour valider leur construction sans faire le bilan des 70 ans de l’industrie nucléaire française, le Comité Centrales va à la rencontre des populations pour ouvrir un contre-débat citoyen à l’appui d’extraits de leur film « Notre terre mourra proprement ». Ce film retrace la longue lutte contre les projets d’enfouissement de déchets radioactifs depuis le début des sollicitations d’État il y a 40 ans et les tentatives de l’ANDRA d’imposer aux territoires ses multiples projets de sites de stockage. Entre corruption éhontée et arrogance technocratique, il raconte comment les populations se sont massivement soulevées contre l’arrivée des rebuts de l’atome dans leurs contrées. À l’heure du changement climatique, où les débats sur l’énergie s’enferment dans le solutionnisme technologique, il est urgent de rappeler l’histoire sociale de l’atome et de réveiller les esprits antinucléaires !

Voir le site du Comité Centrales

Suivre le Comité Centrales sur Facebook sur Twitter

 

 

 

Appel à des Doléances atomiques

À l’occasion de sa tournée, le Comité Centrales initie un Appel à doléances atomiques. Ces doléances seront relayées sur leur blog de Médiapart.

Voir l'Appel

Interventions radio du Comité Centrales

« Histoire et actualité du débat sur le nucléaire en France »
Émission « Zoom écologie », Fréquence Paris Plurielle, le 28 novembre 2022

« Nucléaire : la longue histoire du refus des fûts »
Émission « Climat des luttes », La Clé des Ondes, le 11 novembre 2022

Notre colère n'est pas réversible

Ouvrage édité en 2014 par le Collectif Bure Stop 55

L'Histoire de la lutte en France contre l'enfouissement des déchets radioactifs, à feuilleter :


 
# DÉCHETS NUCLÉAIRES MENU

À Bure, le procès des opposant·e·s au projet Cigéo

« Association de malfaiteurs » : derrière ce chef d'accusation et la lourde instruction qui aura duré 4 ans, c'est bien l'engagement contre la poubelle nucléaire qui est visé. Pour cette raison, nous faisons de ce procès le nôtre, celui de tou·te·s celles et ceux qui par leur engagement et leur histoire sont relié·e·s à la lutte de Bure. C'est le procès de la lutte contre Cigéo, contre le nucléaire. Le collectif ADN s'associe à la Coordination Stop Cigéo pour soutenir les sept inculpé·e·s et à la lutte contre Cigéo.

 

Les déchets nucléaires issus des centrales et le projet CIGEO
par Élisabeth BRENIÈRE et Marie-Christine GAMBERINI

Et les déchets qui sont déjà là, qu'est-ce qu'on en fait ? Le problème actuel de l'industrie nucléaire en France n'est pas de gérer les déchets existants, mais de dégager de la place dans les piscines de désactivation, en particulier celles de La Hague, pour y placer les nouveaux combustibles usés qu'elle espère produire en prolongeant l'exploitation des vieux réacteurs et en mettant en service de nouveaux EPR.

Lire ce texte Version calepin

Communiqué
du collectif ADN :

Positionnement du collectif ADN
sur les déchets radioactifs
(oct. 2020)

Contrairement aux promesses initiales de l'industrie nucléaire, aucune manière satisfaisante de régler le problème des déchets radioactifs – à vie longue en particulier – n'a été trouvée depuis trois quarts de siècle. (...)

Lire ce texte

CI-GIT CIGÉO

 

 

 

DÉGÂTS PUBLICS

 
# CORROSION ET FISSURES MENU

 

Nucléaire : tout savoir sur la fuite inédite qui touche le réacteur de Civaux 1 d’EDF

La Tribune, Juliette Raynal, le 8 novembre 2022

EDF vient de rendre très discrètement public un problème qu'il n'avait jamais rencontré auparavant un réacteur du parc nucléaire tricolore. Le 2 novembre, une fuite de vapeur s'est en effet produite lors d'une épreuve hydraulique, un contrôle réglementaire qui s'effectue tous les dix ans et qui vise à vérifier l'étanchéité du circuit primaire principal. Celui-là même qui permet de refroidir le cœur du réacteur. Situé dans la Vienne, ce réacteur est touché par une fuite d'eau qui s'est produite lors d'un contrôle réglementaire sur le circuit primaire.

Lire la suite

Corrosion sous contrainte générique de l’acier inoxydable

par le GSIEN (Groupement de scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire),
La Gazette nucléaire n° 296, avril 2022

Le moins que l’on puisse dire est qu’une multitude de problèmes ont émaillé la construction des réacteurs EPR : Flammanville 3 en France, Taishan en Chine, Oikiluoto en Finlande et Hinkley Point en Angleterre...

Des fissures ont été détectées au niveau des soudures de coudes du circuit d’injection de sécurité (RIS) de plusieurs tranches nucléaires. Le circuit de refroidissement à l’arrêt (RRA) pourrait être touché. La Gazette nucléaire fait le point sur les problèmes de corrosion de l'inox, les soudures défectueuses, les défauts de conception des cuves, les vibrations de combustibles, et interroge les éléments de langage à travers l'exemple du « principe d'excusion de rupture ».

Lire la Gazette nucléaire

Fissures dans des circuits de sauvegarde
de réacteurs du parc nucléaire d’EDF

par Bernard Laponche, Jean-Claude Zerbib, Jean-Luc Thierry pour Global Chance, 15 juin 2022

L’information d’EDF à l’ASN, le 21 octobre 2021, de la détection de fissures sur un circuit de refroidissement de secours du réacteur n°1 de la centrale de Civaux, puis de l’arrêt des trois autres réacteurs de 1500 MW de puissance électrique nette (palier N4) et du réacteur de Penly n°1 (1300 MW) pour le même motif suivis de la découverte des mêmes défauts sur un nombre important de réacteurs à l’occasion de leurs arrêts programmés, a plongé le monde des « observateurs » dans la sidération, la perte de production entraînée par cette décision étant la preuve même de la gravité de cette découverte. La cause de cette série de décisions, approuvée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), serait la découverte, confirmée par des contrôles plus approfondis, après découpage des portions de tuyaux incriminés, de fissures sur les soudures des tuyaux de circuits de refroidissement : circuit d’injection de sécurité (RIS) et circuit de refroidissement à l’arrêt (RRA) du fait d’une « corrosion sous contrainte (CSC) ».

Lire cette étude

EDF, l’ASN et l’IRSN présentent un premier retour d’expérience devant les parlementaires

Jeudi 27 octobre, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) auditionnait des représentants d’EDF, de l’ASN, de l’IRSN et d’associations pour présenter leur analyse sur la corrosion sous contrainte, ce phénomène inédit et inattendu selon la SFEN, survenu sur le circuit primaire de plusieurs réacteurs du parc.

Voir la vidéo de l'audition de l'OPECST

Lire l'article de la SFEN

EDF va devoir se serrer les Coudes

Homo Nuclearus, le 15 mars 2023

Les réacteurs nucléaires français n’en finissent pas d’enchainer les avaries. Plus ou moins impactantes sur la sûreté, mais cela n’est guère réjouissant dans la perspective des prolongations d’exploitation qu’EDF espère ardemment. Encore cela était sans compter un sujet autrement plus sensible à gérer et qui ne devrait pas tarder à faire son apparition sur la scène médiatique : celui des coudes moulés.

Lire ce texte

 

 
# CATASTROPHE NUCLÉAIRE MENU

 

Va-t-on tous mourir dans un accident nucléaire ?

par Valérie ARNHOLD, France Culture, Sans oser le demander, le 24 octobre 2022

Comment les accidents nucléaires ont-ils été minimisés, puis normalisés, ou traités comme de simples "incidents", pour légitimer ce mode d'énergie ? Comment décrypter les discours autour la sûreté nucléaire ?

Depuis l'invasion de l'Ukraine, la prise de contrôle russe de la centrale de Zaporijia a relancé la question. Et si ça tournait mal ? Parce que le nucléaire n'a rien de banal, aujourd'hui on repose la question : va-t-on tous mourir dans un accident nucléaire ?

Écouter cette émission


La centrale nucléaire de Zaporiija en Ukraine

Lire aussi de Valérie ARNHOLD : « L’apocalypse ordinaire.
La normalisation de l’accident de Fukushima par les organisations de sécurité nucléaire »

Que faire en cas de catastrophe nucléaire ?

« Comprendre les retombées radioactives »
par la CRIIRAD

L’accident nucléaire majeur a d’abord été présenté par les autorités comme impossible, puis hautement improbable. Les catastrophes de Tchernobyl, puis de Fukushima ont conduit les Etats à préparer des plans d’urgence. Pour la population, ils se résument souvent à suivre les consignes qui seront données sans que celles-ci soient expliquées.

L’objectif des fiches pédagogiques « Comprendre les retombées radioactives », conçues par le laboratoire de la CRIIRAD avec le soutien de la Ville de Genève, est de permettre au grand public de s’approprier les notions théoriques et pratiques nécessaires à la bonne compréhension des phénomènes en jeu. Cela peut s’avérer extrêmement utile pour éviter des comportements à risque et, le cas échéant, pour améliorer le niveau de protection à l’échelle individuelle par la mise en œuvre de mesures de protections complémentaires aux mesures collectives que pourraient déployer les autorités.

Lire les recommandations

Dessin de Anne MEYSSIGNAC, devant sa maison de Meyssac

 

 


La bande dessinée antinucléaire « When the wind blows » de Raymond Briggs, décédé le 9 août 2022
a fait l'objet d'un long métrage d'animation réalisé par Jimmy Murakami en 1986,
avec la musique, entre autres, de David Bowie et Roger Waters

Ce film est à visionner ici (version anglaise, traduction proposée) ou bien ici.

 
# MÉTA CONTROVERSE MENU

 

Revoir la controverse de Tchernobyl
par Alison KATZ, Le Courrier, Genève, le 20 février 2022

Face aux velléités de relance du nucléaire, vu comme une « solution » contre le changement climatique, il est essentiel pour les citoyen·nes de comprendre les conséquences sanitaires et environnementales liées aux activités nucléaires (commerciales et militaires), en particulier celles résultant d’accidents. (...)

Concernant la catastrophe de Tchernobyl survenue en 1986, il existe, selon les sources, d’énormes divergences dans les estimations de mortalité, ce qui a contribué à la confusion et à une méfiance de la part du public. De tels écarts vont bien au-delà de l’habituelle marge d’erreur et nécessitent des éclaircissements. 50 décès directement imputables à l’accident de la centrale nucléaire et 4000 décès potentiels dus aux cancers induits par les radiations dans le futur : c’est l’estimation faite en 2005 par le lobby nucléaire dans le rapport onusien du « Forum Tchernobyl ». 985 000 morts, c’est l’estimation avancée par des chercheurs indépendants dans un livre publié par l’Académie des sciences de New York (NYAS) en 2009, intitulé Tchernobyl : conséquences de la catastrophe pour la santé et l’environnement.

Lire cet article

 
   
  « D'abord, nous devons convaincre
le public qu'une bonne santé n'est
pas ce qu'il y a de plus important. »
 

Lire aussi : « Who is afraid of Volume 1181 of the New York Academy of Sciences ? »
Alison KATZ, International Journal of Health Services 2015, Vol 45(3) 530-544 (en anglais).

... et écouter ici une interview de sept. 2013 (traduite en français)

Risques nucléaires :
à quand la fin du monopole des experts internationaux ?

par Christine FASSERT et Tatiana KASPERSKI, The Conversation, le 23 avril 2021

Si les origines des accidents sont le plus souvent expliquées par des facteurs liés au développement de l’industrie nucléaire et de ses instances régulatrices à l’échelle nationale, la « gestion » de leurs conséquences dépasse progressivement les frontières nationales.

À ce titre, l’accident de Tchernobyl va consacrer la monopolisation de l’autorité du savoir sur les radiations ionisantes par un ensemble restreint d’organisations – l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), la Commission internationale de radioprotection (CIPR) et le Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR). Par un jeu d’alliances et de cooptations, ces organisations se constituent en un ensemble monolithique sur le risque radiologique.

Lire cet article

 

 
# LE COÛT DE L'ACCIDENT MAJEUR MENU

On ne peut pas accepter l’assourdissant silence
à propos de la sécurité nucléaire en Belgique !

par Marc MOLITOR, La Libre Belgique, le 17 janvier 2023
repris dans le Bulletin d'Enfants Tchernobyl Belarus
de février 2023

« (...) On oublie, dans le bilan global du nucléaire, le coût des deux catastrophes déjà survenues, de Tchernobyl et Fukushima. Plus de 500 milliards de dollars pour la première, si l’on compte l’ensemble des dégâts économiques et sociaux, entre 175 milliards (selon le gouvernement) et 640 milliards d’euros (selon le Japan Center for Economic Research) pour l’accident au Japon.

Si l’on retient un montant très minimum de 700 milliards de dollars rien que pour les deux accidents, c’est à peu près la valeur de 100 réacteurs nucléaires type EPR, et encore plus s’il s’agit du modèle classique PWR. Encore cela ne tient pas compte de Three Miles Island et d’autres accidents aux coûts plus limités. Pour l’avenir, l’Institut français de Radioprotection et Sécurité Nucléaire évalue à des montants proches (430 milliards d’euros) le coût d’un accident majeur en France.

Aujourd’hui, il y a 411 réacteurs en activité dans le monde, vieillissant, d’âge moyen de 31 ans. Ce serait sans doute un exercice laborieux, mais pas infaisable, de comparer la valeur actualisée du parc nucléaire mondial avec la valeur actualisée de l’ensemble des coûts de ces accidents et autres aléas. Mais il est fort à parier que la deuxième ne serait pas loin de la première.

Bref, si on considérait le parc nucléaire mondial comme l’actif d’une seule entreprise – le secteur nucléaire – elle serait sans doute en faillite. Mais ce n’est pas ce qui se passe. Pourquoi ? Parce que les coûts générés par ces accidents sont quasi entièrement socialisés, citoyens etcontribuables les ont supportés, et pas le secteur nucléaire qui les a provoqués.

Dans ce passif à notre charge, on pourrait encore inclure les subsides publics historiquement très abondants pour le développement des réacteurs, de même que ceux destinés à l’arlésienne de la fusion nucléaire, puits sans fond de budgets publics. Et, dans le futur, ajoutons aussi la part du coût du démantèlement et de la gestion des déchets qui sera supportée par le citoyen. Pour compléter le tableau, il faudrait ajouter 90 constructions de réacteurs abandonnées en cours de route. (...)

Lire cet article

 

Tchernobyl, déni passé,
menace future
, Marc Molitor, 2011

Téléchargez ce livre
proposé au libre téléchargement
par l'auteur, au profit
d'Enfants de Tchernobyl Bélarus

 

 
# ACCIDENTS DE ST-LAURENT-DES-EAUX MENU

L'accident nucléaire du 13 mars 1980
à Saint Laurent-des-Eaux

 

Le 13 mars 1980 - il y a tout juste 40 ans - un accident grave à la centrale de Saint-Laurent-
des-Eaux a occasionné des rejets de plutonium dans la Loire. À l'époque, l'accident et sa gravité ont été passés sous silence.

Il a fallu attendre un article du Point en 2011 et un reportage de Spécial Investigation en 2015 (voir ci-dessous) pour réaliser qu'EDF a délibérément rejeté des éléments radioactifs dans l'environnement, dont le plus toxique, le plutonium.

Le 17 octobre 1969, un premier accident est arrivé dans le réacteur n°1 de la centrale de St Laurent-des-Eaux : une mauvaise manipulation lors du chargement du coeur sur le réacteur n°1 entraîne la fusion de 50 kilos d'uranium - une fusion partielle semblable à celle de Three Mile Island.

Le 13 mars 1980 (à peine une année après celui de Three Miles Island, le 28 mars 1979 - et 31 ans avant ceux de Fukushima, le 11 mars 2011), un second accident - le plus grave qu'ait connu la France - s'est produit toujours dans la même centrale. Une nouvelle fusion se produit, cette fois sur le réacteur n°2. Un morceau de taule vient d'obstruer une partie du circuit de refroidissement. La température fait un bond, ce qui provoque la fusion de plus de 20 kilos d'uranium usé et entraîne l'arrêt d'urgence du réacteur. Du plutonium a été alors rejeté dans la Loire.

Les vidéos ci-dessous ont été diffusées dans le cadre du Forum d'octobre 2019 à Orléans, organisé pour le cinquantième anniversaire du premier accident nucléaire de la centrale de Saint Laurent-des-Eaux par le Collège d'Histoire de l’Énergie Nucléaire et de ses Aléas pour contribuer à lever l'omerta et faire toute la lumière sur ces deux graves accidents nucléaires, tous deux classés (pour l'instant) au niveau 4 de l'échelle INES.

 

« Nucléaire,
la politique du Mensonge ? »
Spécial Investigation,
le 4 mai 2015, Canal+

où Marcel Boiteux, alors PDG d'EDF, avoue le rejet en 1980 de plutonium dans la Loire.

 

 

Reportage sur les deux accidents graves de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux
17 octobre 1969
13 mars 1980

Reportage du Média TV,
le 15 novembre 2019

 

Voir les autres vidéos du Forum

 

Vision de l'IRSN du 17 mars 2016

Communiqué de la Criirad du 25 mars 2016

Vivre à côté d'une centrale : Saint-Laurent-des-Eaux, France Culture, le 9 mars 2020

« Rejets délibérés de plutonium en Loire », La Gazette nucléaire n° 292/293, déc. 2020
Courrier du collectif régional « Loire et Vienne à zéro nucléaire » à l’ASN et à l’IRSN du 11-03-2020,
et Rejets délibérés de plutonium dans la Loire, Michel Brun, Vice-Président du GSIEN (Juillet 2015, màj mars 2020) - p. 39-48

« La politique du mensonge », La Gazette nucléaire n° 298/299, janvier 2023
La politique du mensonge et la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, Michel Brun, Vice-Président du GSIEN (septembre 2022) - p. 57-60.

 

 

JOURNÉES D'ÉTUDES ADN 2022

 
# JOURNÉES D'ÉTUDES ADN 2022 MENU

 

8, 9 et 10 juillet 2022
à MINERVE
(à 30 km NARBONNE)

9° Journées d'Études ADN

Ces rencontres sont celles des « affranchis du nucléaire », car la première manière de faire face au nucléaire c’est de s’informer sérieusement sur cet ennemi parfaitement visible si l’on prend soin d’examiner sa propagande, ses actes et l’étendue des dégâts qu’il provoque depuis une centaine d’années. C’est ainsi que nous pourrons lutter efficacement pour l’arrêt des installations qui produisent de la radioactivité artificielle sans aucun bienfait qui pourrait justifier ses méfaits.

Voir le compte-rendu

Communiqué de presse du Collectif « Arrêt du nucléaire », le 11 juillet 2022

 

Réunis en journées d’études du 8 au 10 juillet près du site nucléaire de Malvési (Aude), les groupes du Collectif Arrêt Du Nucléaire ainsi que des groupes associés et des représentants des pays étrangers, dénoncent l’adoption, en plein été comme il se doit dans la France Nucléaire, de la déclaration d’utilité publique concernant l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse).

Les groupes appellent la population à se mobiliser contre les projets de nouveaux réacteurs, pour la fermeture des installations existantes civiles et militaires (dont les réacteurs EDF sont pour la plupart dans un état avancé de délabrement) et contre l’enfouissement des déchets radioactifs.

Télécharger ce communiqué

 
# INTERVENTIONS AUX JOURNÉES D'ÉTUDES 2022 MENU

 

Interventions aux Journées d'études 2022

à Minerve, les 8, 9 et 10 juillet 2022

PHOTOS

 

Interventions des représentants de pays qui ont décidé de sortir du nucléaire :

Situation en Italie
par Gian
ni CARROZZA
Situation en Suisse
par Philippe DE ROUGEMONT
 
Situation au Japon
par Kurumi SUGITA,
Nos Voisins lointains 3.11
 

 

À propos du nucléaire militaire

 

 
    Nucléaire militaire
par Patrice BOUVERET
 

 
# LE NUCLÉAIRE EN ITALIE MENU

 

Comment l'Italie a renoncé au nucléaire

par Gianni CARROZZA,
le 18 sept. 2022 - mis à jour en sept. 2023

Au lieu de se lancer dans d'improbables scénarios de « sortie » du nucléaire à 5, 10, 20, 30 ou 50 ans, il est sans doute plus utile d'analyser les expériences concrètes d'arrêt du nucléaire faites dans des pays qui ne sont toujours pas revenus à la bougie.

Et qui ont une empreinte carbone tout à fait comparable à celle de la France, tout en étant des pays industrialisés (à la différence de notre beau pays qui a subi une désindustrialisation accélérée).

Cela nous montre au passage que la « décarbonation » d'un pays n'est pas seulement un problème de production d’énergie électrique, mais une question de civilisation (industrielle) et de structure économico-sociale, donc bien plus complexe que nos gouvernants voudraient nous le faire croire. Le cas de l'Italie est de ce point de vue particulièrement intéressant. L’étudier peut nous permettre d’éviter certaines des contradictions et erreurs qui ont marqué sa transition vers le renouvelable.

Lire cet article

 

Intervention aux Journées d'études
de Gian
ni CARROZZA

Nucléaire : actualité en France et retour historique sur l’Italie

Émission de Fréquence Paris plurielle, le 17 novembre 2022
avec Sylvie, Gianni et Nicole du Collectif Contre l'Ordre Atomique

Thémes abordés : l’actualité du nucléaire en France, l’arrêt du nucléaire en Italie, le discours des lobbys présentant le nucléaire comme une énergie décarbonée et servant une transition écologique, l’EPR, la sous-traitance, le débat public, et la déclaration d’utilité publique du projet Cigéo à Bure.

 

Écouter cette émission / Télécharger la retranscription

 

 
# LE NUCLÉAIRE EN SUISSE MENU

 

ÉCLAIRAGE : Genève contre Malville
Contribution à l'histoire d'un mouvement antinucléaire

par Ivo RENS, in Revue Stratégies énergétiques, Biosphère & Société, 1995

Ivo Rens fait l'historique des nombreuses actions que les habitants de Genève ont entreprises depuis les années 70 contre la centrale nucléaire française Superphénix de Creys-Malville non loin de leur cité, actions au niveau populaire d'abord, puis au niveau du gouvernement.

Il analyse les dimensions politiques de l'industrie nucléaire, non seulement dans le cadre de la Suisse et de la France, mais encore de l'Europe, et relève les nombreux débats qui eurent lieu à ce sujet, dès le début des années 50, parmi les organisations internationales: Organisation mondiale de la santé (OMS), Conseil oecuménique des Eglises (COE), Centre européen pour la recherche nucléaire (CERN)... Lire
cet article

Écoutez également

L’opposition à Superphénix et la lutte anti-nucléaire
depuis l’intérieur même du comité Malville dans les années 70

Un épisode de la série de podcasts de Pièces et main d’œuvre « Face au monde-machine »

 
# LE PAYS EN DANGER MENU

 

L'industrie nucléaire
a-t-elle un avenir ?

par Stéphane LHOMME, juillet 2022

Diaporama support de l'argumentaire
présenté aux Journées d'études ADN

Depuis quelques mois, divers médias réhabilitent le nucléaire. Les articles et reportages pronucléaires fleurissent...
En réalité, le nucléaire va (très) mal en France et dans le monde.

Voir le diaporama

 

La politique énergétique de l’État met le pays en danger

par Pierre PÉGUIN, juillet 2022

Notre pays, de plus en plus dépendant des voisins pour assurer son approvisionnement en électricité, apparaît particulièrement fragile pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine et aux événements climatiques extrêmes de plus en plus fréquents. En prolongeant le fonctionnement des vieux réacteurs, il accroît le risque de catastrophe atomique. En prétendant lancer la construction de nouveaux réacteurs EPR, le gouvernement s'enferre dans des choix de politique énergétique qui nous amènent dans un mur.

Lire ce texte

Lire aussi :
Nucléaire, questions de bon sens

par Annie et Pierre PÉGUIN, octobre 2022

Lire ce texte Texte en pdf

 
# NUCLÉAIRE ET DÉCROISSANCE MENU

 

L’avenir du programme énergétique français

Sobriété, efficacité, renouvelable, puis arrêt du nucléaire ou arrêt du nucléaire, puis sobriété, efficacité, renouvelable ?
par Jean-Luc PASQUINET (fév. 2022)

La croissance du recours à l'énergie étant la condition de la croissance du PIB on ne peut pas réduire le recours à l'énergie sans remettre en cause la croissance du PIB, d’autant plus que l’on sait que le découplage Energie/PIB est impossible, on ne peut pas réduire globalement et sur le long terme l’intensité énergétique du PIB grâce à des innovations techniques.

Lire ce texte

 

J'ai lu pour vous
par Jean-Luc PASQUINET (nov. 2022)

Ce livre est décevant, avec des contradictions. (...) J’encourage néanmoins sa lecture car il met bien en avant l’accident nucléaire et il contient malgré tout d’excellents arguments que tout antinucléaire doit avoir en tête.

Lire
cette note

Arrêt du nucléaire et décroissance : un lien indissoluble

par Jean-Luc PASQUINET (décembre 2021)

Il est maintenant largement admis que l’on ne peut pas sortir du nucléaire, par contre on peut l’arrêter. On peut arrêter la production électronucléaire, abandonner les armements nucléaires, mais il restera toujours les déchets à gérer... Le monde du nucléaire c’est à la fois ce que l’on peut arrêter et ce que l’on va devoir cotoyer, mais c’est aussi la mentalité, les théories qui vont avec. Tout l’enjeu est d’arrêter sa croissance et si possible de faire décroitre ce monde aux origines culturelles et politiques spécifiques.

Lire ce texte

 
# ATOMES CROCHUS N° 6 MENU

 

Atomes crochus n° 6
(avril 2022 - 24 pages couleur en format A3)


Visualiser ce numéro

Télécharger Atomes crochus n° 6, voir le sommaire, lire quelques articles et commander le journal.

 

 

 
# CHANSONS D'ANNE MEYSSIGNAC MENU
Vl'a le bon Vent
une chanson d'Anne Meyssignac
La Transivolution
une chanson d'Anne Meyssignac
Au café Molière
une chanson d'Anne Meyssignac
 

Textes des chansons d'Anne

 
 

 

 

NUCLÉAIRE ET UKRAINE

 
# ZAPORIJJIA MENU

 

Ukraine, un pays nucléarisé pris dans la guerre

 

Carnets de guerre

par Jean-Marc ROYER
pour lundimatin - auteur de
Le Monde comme projet Manhattan

Et même dans ce cas, il demeure que face à la barbarie, la seule manière de rester humain c’est d’y résister, au jour le jour. Il y a plus : face à tous les effondrements et à la déshumanisation généralisée, il n’y a pas d’autre existence possible du sujet que dans l’opposition politique radicale à ce qui mène le monde à sa perte.

 

[Carnets de Guerre #1]

Notes sur l’invasion
de l’Ukraine
(Les nuages radioactifs
ne s’arrêteront pas aux frontières)

paru dans lundimatin#332, le 28 mars 2022

Dans ce premier Carnet de Guerre, nous esquissons une brève histoire des rapports de l’Otan et du pacte de Varsovie et les « engagements » des uns et des autres au moment de la Perestroïka/Glasnost et vis-à-vis de l’Ukraine, après la dissolution de l’URSS, une chronologie des évènements depuis avril 2021, et le rappel des huit guerres engagées par le clan Poutine depuis 1999. Dans cette analyse du terrain militaire, la question nucléaire doit être examinée de près, et sous ses multiples aspects, ce que nous avons commencé à faire. (...)

Lire cet article

 

[Carnets de Guerre #2]

L’anschluss de la RDA,
une réussite néolibérale spectaculaire

paru dans lundimatin#337, le 2 mai 2022

Dans ce second Carnet de Guerre, nous revenons sur un point de bascule fondamental de l’histoire contemporaine : la « révolte volée des Allemands de l’Est en 1989 » que l’on pourrait aussi appeler « l’Anschluss de la RDA par le capital ouest-allemand », une série d’évènements que l’idéologie vient recouvrir en la dénommant « chute du mur de Berlin ». On le sait depuis l’invention de l’écriture cunéiforme : l’histoire est toujours écrite par les vainqueurs. (...)

Lire cet article

 

[Carnets de Guerre #3]

Un désastre nucléaire
est d’actualité en Europe

paru dans lundimatin#349, le 7 sept. 2022

Dans ce troisième Carnet, nous revenons à ce qui se passe dans la centrale de Zaporijia, une des dimensions nucléaires de cette guerre avec les conséquences du fait que les stratégies d’emploi « des armes nucléaires de théâtre » ont changé, aussi bien aux Etats-unis en 2019, qu’en Russie en 2021. Ainsi cela invalide-t-il l’increvable postulat de la dissuasion nucléaire auquel s’accrochent encore tous les pays qui possèdent cette arme. (...)

Lire cet article

Télécharger ce texte

 

[Carnets de Guerre #4]

Vers l’emploi de l’arme nucléaire en Europe ?

paru dans lundimatin#353, le 3 octobre 2022

Dans ce quatrième Carnet, nous analysons de plus près l’autre aspect nucléaire de cette guerre, à savoir le statut des armes nucléaires dites tactiques (ou non stratégiques), tel qu’il a évolué dans les doctrines états-unienne et russe, les changements induits depuis quelques années dans le domaine militaire et les répercussions que cela pourrait entraîner actuellement. (...)

Lire cet article

Télécharger ce texte

 
# RIVALITÉS USA / RUSSIE SUR LE NUCLÉAIRE CIVIL MENU

 

Entre Kiev et Moscou, l’enjeu du nucléaire

par Marc ENDEWELD, Le Monde diplomatique, octobre 2022 (en kiosque)

Les affrontements entre Russes et Ukrainiens autour de la centrale de Zaporijia ont ravivé le spectre d’une catastrophe nucléaire, et conduit l’Agence internationale de l’énergie atomique à dénoncer une situation « intenable ». Dans son dernier ouvrage, le journaliste Marc Endeweld montre pourquoi le nucléaire représente dans ce conflit un enjeu énergétique autant que stratégique.

Lire un extrait de cet article

À propos du livre Guerres cachées. Les dessous du conflit russo-ukrainien de Marc Endeweld (Seuil 2022), l'article de Martin Bernard « Le nucléaire, enjeu méconnu de la guerre en Ukraine » expose et résume les enjeux cachés de la guerre en Ukraine. L’émotion autour d’une éventuelle utilisation de l’arme atomique par l’armée russe obnubile le discours médiatique. Elle dissimule une autre réalité, plus prosaïque: les Etats-Unis et la Russie déploient à travers cette guerre leur rivalité sur le marché mondial du nucléaire civil. (...)

Lire cet article

Un enjeu caché de la guerre en Ukraine :
les matières premières

par Celia IZOARD, Reporterre, le 8 décembre 2022

L’accaparement des matières premières enfouies sous le sol ukrainien est à la racine d’un conflit où les voix des puissances nationales et industrielles priment sur celles des Ukrainiens.

L’Union européenne a conclu en juillet 2021 un partenariat avec l’Ukraine pour les métaux stratégiques et les batteries, une coopération amorcée et progressivement renforcée depuis 2014 après l’arrivée au pouvoir du gouvernement pro-occidental de Porochenko. Ce partenariat répond à la volonté de l’Union européenne — et plus largement de l’Otan — de sécuriser les approvisionnements en matières premières de son industrie face aux monopoles chinois et russes. En théorie, il s’agit de métaux « pour la transition » ; en pratique, la visée est bien plus large. Il permettrait par exemple d’assurer des importations de titane, décisives pour Airbus et Safran ; de zirconium, utilisé aux trois quarts pour le nucléaire...

Qu’en pense la population ukrainienne ? Depuis 2004, les habitants de la région de Marioupol, dans le Donbass, s’opposent à l’exploitation du gisement de terres rares et de zirconium d’Azov en raison des risques de pollution radioactive et ont obtenu deux fois l’interruption de la délivrance d’un permis.

Lire cet article

Lire aussi : « Titane : comment Airbus contourne le blocus de la Russie », Celia IZOARD, 7 déc. 2022

 
# CATASTROPHE ANNONCÉE ? MENU
 

Nouvelles alertes à la centrale nucléaire de Zaporijjia

par la CRIIRAD

Le site de la centrale nucléaire de Zaporijjia a été bombardé le vendredi 5 août puis à nouveau dans la nuit de samedi à dimanche. Dans un communiqué du 6 août, le directeur général de l'Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) s’est dit « extrêmement préoccupé », alertant sur un « risque très réel d'une catastrophe nucléaire ».

Lire les communiqués

 

Ukraine : le retour
du péril nucléaire ?

par France Culture (9 août 2022), avec J.-P. Paloméros et T. Meyer

Alors que la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia, sous contrôle russe, a essuyé plusieurs tirs sur ses infrastructures ce week-end, la question de la sûreté nucléaire de la région alerte plus que jamais la communauté internationale. Quels sont les risques ?

Écouter cette émission

 


« Zaporijia, une catastrophe annoncée ? », RFI, le 8 sept. 2022 - Intervention de Bruno Chareyron

 

L’improbable et l’imprévu
À propos des centrales nucléaires en temps de guerre

par Aurélien Gabriel COHEN et  Bérengère BOSSARD pour la revue Terrestre (24 mars 2022)

Et si avec la guerre en Ukraine, le nucléaire vivait une épreuve de vérité décisive ? Cette technologie a été conçue pour être développée dans un temps de paix et de stabilité sociale.

Or, l'évènement ukrainien souligne qu'un tel postulat est non seulement illusoire, mais moralement inconséquent. L'imprévisibilité historique nous oblige à réexaminer les conditions de possibilité du nucléaire. Les centrales nucléaires se retrouvent au beau milieu d’imprévus en cours et d’autres encore à venir.

Dès lors, l’inconséquence atomique — dont de nouvelles conséquences potentielles se précisent chaque jour un peu plus à Zaporijjia, à Tchernobyl et ailleurs, dans le sillage de l’armée russe — est une raison suffisante pour continuer à combattre le développement du nucléaire de toutes nos forces et sous toutes ses formes.


La centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine

Jamais la sûreté et sa gestion probabiliste du risque ne seront en mesure de faire totalement face à l’improbable et encore moins à l’imprévu, c’est-à-dire à l’improbabilisable. Or, l’imprévu atomique, ce n’est rien d’autre que la possibilité d’une catastrophe absolue, d’une insécurité totale face à laquelle toute préparation est dérisoire. C’est en cela aussi que l’imprévu ukrainien nous oblige. Il nous oblige à lutter résolument contre le nucléaire et son monde, ici, maintenant, partout. Zaporijjia, elle, est déjà partout.

Lire cet article

 
# NUKRAINE MENU

 


fresque murale à Toulouse

L’armée russe transforme la plus grande centrale nucléaire d’Ukraine en base militaire
par Drew HINSHAW, The Wall Street Journal (6 juillet 2022)
traduit par L’Opinion (repris par le site Savoie antinucléaire)

Des mines et des lance-missiles sont déployés à Zaporizhzhia, tandis que les caméras et les instruments de mesure s'éteignent et que les travailleurs sont retenus en otage.

L’armée russe est en train de transformer la plus grande centrale nucléaire d’Europe en une base militaire contrôlant le front, intensifiant ainsi une crise qui dure depuis des mois pour la vaste installation et ses milliers d’employés. A la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, dans le sud de l’Ukraine, plus de 500 soldats russes, qui se sont emparés de l’installation en mars, ont récemment déployé des batteries d’artillerie lourde et posé des mines antipersonnel le long des rives du réservoir d’eau refroidissant ses six réacteurs, selon des travailleurs, des habitants, des responsables ukrainiens et des diplomates. L’armée ukrainienne tient les villes situées sur la rive opposée, à environ 5  km, mais ne dispose d’aucune solution facile pour attaquer la centrale, étant donné le danger inhérent aux combats d’artillerie autour de réacteurs nucléaires actifs.

Lire cet article

 

 


Zaporijjia hors de contrôle, France 24, le 25 juillet 2022,
par Ludovic DE FOUCAUD et Gulliver CRAGG

 
# GUERRE ET PÉRIL MENU

 

Ukraine : nucléaire,
catastrophes et chefs de guerre

par François VALLET (11 mars 2022)

 

La guerre déclarée à l’Ukraine par le chef de guerre Poutine, dans la nuit du 23 au 24 février 2022, nous rappelle à quel point la paix est une construction fragile, en particulier lorsque ses fondations ont été piégées par des ingrédients explosifs.

 

Parmi ceux-ci, il y a les installations nucléaires civiles qui, même à l’arrêt définitif, rendent extrêmement vulnérable tout pays qui en détient :

• elles peuvent devenir incontrôlables, particulièrement en situation de guerre ;

• ce sont des cibles très dangereuses ;

• ce sont aussi des instruments au service de l’influence géopolitique des pays détenteurs des technologies nucléaires, en concurrence entre eux et potentiellement fauteurs de guerre.

Sur ce dernier point il est important d’avoir en tête que les technologies nucléaires de base, qui permettent de construire et de faire fonctionner des centrales nucléaires, sont les mêmes que celles nécessaires pour construire et entretenir des armes atomiques.

La guerre en Ukraine détruit des vies et la sécurité du pays. C’est aussi une menace pour les populations civiles de toute l’Europe continentale. Elle nous oblige à examiner les causes et les conséquences possibles de cette vulnérabilité particulière que constitue la présence d’installations nucléaires sur le sol ukrainien, mais aussi dans d’autres pays d’Europe.

Lire cet article

La menace nucléaire est de retour
par Mohamed ElBARADEI, Vienne (7 mars 2022)
Directeur général de l'AIEA de 1997 à 2009, Nobel de la paix 2005,

« Les récents affrontements entre les troupes russes et les forces ukrainiennes de défense civile aux abords immédiats de la centrale nucléaire de Zaporijia révèlent à quel point le monde est proche aujourd’hui d’un terrible cauchemar : une fuite radioactive majeure. La centrale de Zaporijia, la plus importante d’Europe, est équipée de six réacteurs, et chacun d’entre eux aurait pu être endommagé par les incendies qui se sont déclarés à la suite des frappes russes sur les installations de la centrale et des combats pour s’emparer de celle-ci. L’extinction rapide du feu témoigne du professionnalisme et de la bravoure du personnel de la centrale.


photo Jean-Michel CEAS - voir l'album « Tchernobyl, 34 ans après »

Parmi les nombreuses répercussions que pourrait avoir sur l’Europe, voire au-delà, le conflit en Ukraine, les retombées nucléaires seraient l’une des plus toxiques et intrusives. La libération de substances radioactives pourrait rendre inhabitables des agglomérations entières et menacer des centaines de milliers de personnes – bien au-delà du voisinage immédiat.

Mais pire encore serait une frappe nucléaire. Le trait le plus perturbant de la guerre en Ukraine est la réintroduction des armes nucléaires comme élément central de la géopolitique. Après avoir averti que toute puissance qui interviendrait dans le conflit en paierait des « conséquences comme elle n’en a jamais vues dans son histoire », le président russe Vladimir Poutine a répondu à la première vague de sanctions européennes en relevant l’état d’alerte de ses forces nucléaires. (...)

Nous devons mobiliser l’opinion publique mondiale, afin de faire peser une plus forte pression sur les pays possédant des armes nucléaires pour que ces derniers s’engagent à les éliminer complètement. L’interdiction totale de possession d’armes nucléaires doit devenir une règle impérieuse du droit international, et la constitution d’arsenaux nucléaires être proscrite à l’égal des génocides. Mais comme nous le montrent l’horreur s’abattant sur l’Ukraine et le péril nucléaire continuel dans lequel elle se trouve, le temps ne joue pas en notre faveur. »

Lire cet article

 

 

 

 

 

FUITES EN AVANT

 
# RELANCE DE MACRON MENU

 

Prétendue relance du nucléaire - Macron passe un peu vite sur un "détail" : le financement !
par Stéphane LHOMME, l'Observatoire du nucléaire (10 fev. 2022)

Lors de son discours du jeudi 10 février 2022 à Belfort, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, pour parvenir à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France, « un plan massif de plusieurs dizaines de milliards d’euros », ajoutant que « l’État prendra ses responsabilités pour financer EDF à court terme et à moyen terme »

M Macron semble avoir oublié un "détail" : depuis l’ouverture du marché de l’énergie, EDF n’est plus qu’un fournisseur parmi des dizaines d’autres.

Certes, même si cette part se réduit continuellement, EDF conserve encore environ les deux tiers du marché français, mais il n’en reste pas moins vrai que, n’en déplaise à M. Macron, l’Etat français n’a aucunement le droit de financer EDF au détriment de ses concurrents. Par ailleurs EDF est très gravement endettée et confrontée à un "mur" financier : coûts insensés des chantiers EPR de Flamanville et Hinckley Point, grand carénage (financement ruineux de la prolongation de vie des réacteurs actuels, etc), démantèlement de la douzaine de réacteurs déjà arrêtés, etc. L’entreprise EDF est donc dans l’incapacité de financer elle-même la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.(...)

Lire cet article

 

 
# NUCLÉAIRE ET TAXONOMIE VERTE MENU

 

COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF ADN - 7 janvier 2022

L'énergie nucléaire ne doit pas être incluse
dans la taxonomie européenne

(L'ÉNERGIE NUCLÉAIRE A DEPUIS ÉTÉ INCLUSE DANS LA TAXONOMIE EUROPÉENNE)

La Commission Européenne, sous la pression du lobby nucléaire européen et du gouvernement français, prévoit d’inclure l’énergie nucléaire dans la « taxonomie verte » (classification des investissements considérés comme favorables aux objectifs environnementaux de l’Union Européenne).

Elle a envoyé un projet de texte aux États membres, le 31 décembre 2021 peu avant minuit, et publié un communiqué à ce sujet. (...)

Des experts indépendants, qui ont conseillé jusqu’à présent la Commission pour l’élaboration de la taxonomie, ont fait connaître le 21 décembre leur opposition à ce projet. Le règlement sur la taxonomie prévoit d’ailleurs que la « plateforme sur la finance durable » et le « groupe d'experts des États membres sur la finance durable » doivent être consultés avant l’adoption finale du texte par la Commission en janvier 2022. Ils ont jusqu'au 21 janvier (la date du12 ayant été prolongée) pour apporter leurs contributions. Nous, citoyennes et citoyens européens, refusons l’inclusion de l’énergie nucléaire dans la taxonomie verte. Car l’énergie nucléaire nuit considérablement à chacun des six objectifs environnementaux de l’Union Européenne : Atténuation du changement climatique, Adaptation au changement climatique, Utilisation soutenable de l’eau et des ressources marines, Économie circulaire, Prévention des pollutions, Écosystèmes en bonne santé. (...)

Il faut donc s’opposer fermement à l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie verte européenne et dans toute politique à visée écologique.

Lire ce communiqué et notre argumentaire

 

 
# LA GRANDE INTOX MENU

 

Nucléaire - la Grande Intox
par Pierre PÉGUIN (déc. 2021)

Face à l’offensive médiatique pour relancer du nucléaire revenu en grâce,
avons-nous perdu la bataille idéologique ?

L'ambition de ce document - à télécharger, imprimer et diffuser - est de faire un point sur les polémiques actuelles, à partir de données classées par thème permettant à chacun de piocher des informations en fonction de questionnements ou de réponses à apporter face à l’argumentation des tenants du nucléaire présenté comme indispensable à la lutte contre le réchauffement climatique, immense mensonge, comme celui concernant la sortie du nucléaire en Allemagne.

Télécharger ce document

 
# GROTHENDIECK MENU

 

Allons-nous continuer la recherche scientifique ?

Alexandre GROTHENDIECK
conférence-débat donnée à l’amphithéâtre du CERN, le 27 janvier 1972

 

ARCHIVE SONORE DE CE DISCOURS

 

« La recherche nucléaire est indissolublement associée, pour je crois également beaucoup de gens, à la recherche militaire, aux bombes A et H et, aussi, à une chose dont les inconvénients commencent seulement à apparaître : la prolifération des centrales nucléaires. En fait, l’inquiétude qu’a provoqué depuis la fin de la dernière guerre mondiale la recherche nucléaire s’est un peu effacée à mesure que l’explosion de la bombe à Hiroshima et Nagasaki s’éloignait dans le passé. Bien entendu, il y a eu l’accumulation d’armes destructives du type A et H qui maintenait pas mal de personnes dans l’inquiétude.

Mais un phénomène plus récent, c’est la prolifération des centrales nucléaires qui prétend répondre aux besoins croissants en énergie de la société industrielle.

extrait du film Don't look up d'Adam McKay - le CERN gère !


On s’est aperçu que cette prolifération avait un certain nombre d’inconvénients, pour dire un euphémisme, « extrêmement sérieux » et que cela posait des problèmes très graves. Qu’une recherche de pointe soit associée à une véritable menace à la survie de l’humanité, une menace même à la survie de la vie tout court sur la planète, ce n’est pas une situation exceptionnelle, c’est une situation qui est de règle. » (...)

Grothedieck démontre la fin dumonde

« Au début, nous pensions qu’avec des connaissances scientifiques, en les mettant à la disposition de suffisamment de monde, on arriverait à mieux appréhender une solution des problèmes qui se posent. Nous sommes revenus de cette illusion. Nous pensons maintenant que la solution ne proviendra pas d’un supplément de connaissances scientifiques, d’un supplément de techniques, mais qu’elle proviendra d’un changement de civilisation. Pour nous, la civilisation dominante, la civilisation industrielle, est condamnée à disparaître en un temps relativement court parce que les problèmes que pose actuellement cette civilisation sont des problèmes effectivement insolubles. Nous voyons maintenant notre rôle dans la direction suivante : être nous-mêmes partie intégrante d’un processus de transformations, de ferments de transformations d’un type de civilisation à un autre, que nous pouvons commencer à développer dès maintenant.

Dans ce sens, le problème de la survie pour nous a été, si l’on peut dire, dépassé, il est devenu celui du problème de la vie, de la transformation de notre vie dans l’immédiat ; de telle façon qu’il s’agisse de modes de vie et de relations humaines qui soient dignes d’être vécus et qui, d’autre part, soient viables à longue échéance et puissent servir comme point de départ pour l’établissement de civilisations post-industrielles, de cultures nouvelles. »

Alexandre GROTHENDIECK, « Allons-nous continuer la recherche scientifique ? »
conférence-débat donnée à l’amphithéâtre du CERN, le 27 janvier 1972

Retranscription sur le site Sciences critiques

Alexandre Grothendieck, médaille Fields de mathématiques en 1966, fonde en 1970 le « mouvement international pour la survie de l’espèce humaine », nommé Survivre - qui deviendra par la suite Survivre... et Vivre. Le mathématicien, pionnier du combat antinucléaire en France avec Pierre Fournier, journaliste-dessinateur de La Gueule ouverte, et d'autres groupes comme l’Association pour la protection contre les rayonnements ionisants (APRI), fondée par Jean Pignero, le Comité de sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin (CSFR), et le Comité Bugey-Cobaye, organisèrent le premier grand rassemblement antinucléaire et écologiste en France, les 10 et 11 juillet 1971, à Saint-Vulbas devant la centrale du Bugey.

Les n° de Survivre... et vivre sont à télécharger ici

Dans le n°14 (oct.-nov.1972), on lira utilement le manifeste du comité de rédaction : « Pourquoi nous sommes opposés à l'énergie nucléaire » (p. 13-18) - et l'article de Grothendieck « Les Pépins des noyaux », 1° partie (p. 23-27).
 
 
# ESTHER PETER-DAVIS MENU

En mémoire de Esther Peter-Davis, décédée le 8 octobre 2022

Esther Peter-Davis,
celle qui a toujours dit non au nucléaire

par , Sept Infos n° 17, mai-juin 2017

Esther Peter-Davis est la première militante antinucléaire française. C'est à Genève, dans les cercles pacifistes où se construisait l'Europe à la sortie de la guerre, mais aussi dans l'Afrique en voie de décolonisation qu'elle a trouvé sa vocation. Avant de rentrer en Alsace, sa région natale, et de se battre pied à pied contre l'ouverture de la centrale de Fessenheim. (...)

Télécharger ce texte

 

 

 

SÛRETÉ ET SÉCURITÉ
 
# PÉTITION - CONTRE EURATOM MENU
Pétition :

Demande de dissolution de la Communauté européenne de l'énergie atomique EURATOM (déc. 2021)

Nous considérons qu'une redistribution fondamentale des tâches réglées jusqu'à présent dans le traité EURATOM est indispensable pour pouvoir assurer l'avenir énergétique de l'Europe de manière démocratique, durable et conforme aux exigences de la crise climatique.

Signer
la pétition

 
# TRAVAILLEURS DU NUCLÉAIRE MENU

 

Nouvelle panne sur l’EPR de Flamanville, le système de pilotage du réacteur en cause
par Thierry GADAULT pour Libération (19 juillet 2022)

 

Après les problèmes de béton lors de la construction du bâtiment réacteur, l’acier mal forgé du fond et du couvercle de la cuve nucléaire ou encore les soudures mal faites sur la tuyauterie du réacteur, EDF a un nouveau problème sur les bras. Et un gros : deux systèmes essentiels qui permettent de piloter le réacteur sont victimes d’une panne problématique pour le démarrage de l’EPR. La défaillance structurelle, connue depuis 2019, est désormais reconnue par EDF.

Lire cet article

Surchauffe au cœur de la machine nucléaire

Une série documentaire en 4 épisodes, réalisée par Basta! et Radio parleur, plonge au cœur des centrales nucléaires, aux côtés des travailleurs qui s’activent, chaque jour, pour produire notre électricité.

Écouter les autres épisodes

 

« Les centrales nucléaires accumulent des risques
qu’EDF anticipe mal et sous-estime largement »

Nolwenn WEILER, Basta! & Radio parleur (13 juillet 2022)

Dans les centrales nucléaires, les travailleurs témoignent d’un recours à la sous-traitance qui ne cesse d’augmenter, de collectifs de travail abîmés, d’un inquiétant vieillissement du matériel et d’une sûreté fragilisée.

Lire cette enquête

Centrale nucléaire de Tricastin :
des dissimulations en cascade

Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.

TRICASTIN

par JADE LINDGAARD pour Médiapart (24 nov. 2021) - Soutenez MÉDIAPART

Depuis la révélation de cette plainte, très embarrassante pour EDF au regard de la qualité du parcours professionnel d’Hugo et de son niveau de responsabilité au sein de l’une des plus importantes centrales nucléaires françaises – quatre réacteurs de 900 mégawatts et la première à être prolongée au-delà de quarante ans – l’ASN est particulièrement discrète. Pas de communiqué de presse, et des réactions lapidaires dans les médias. Interrogée par Mediapart lundi 22 novembre, l’autorité annonce ne plus vouloir répondre aux questions des journalistes, en raison de la procédure judiciaire.

Selon nos informations, l’ASN connaît parfaitement ce dossier car elle avait été informée dans le moindre détail par Hugo lui-même, au moment où se déroulaient les faits en 2018.


ASN, EDF et Direction du Tricastin (allégorie)

Pourtant, elle n’a pas sanctionné l’exploitant nucléaire pour la dissimulation de l’inondation. Elle occulte ses dysfonctionnements dans sa communication publique au sujet du Tricastin, et semble prendre la défense de la centrale en réponse aux premiers médias qui l’ont interrogée concernant la plainte d’Hugo. L’ASN n’a pas non plus soutenu le salarié quand il a été mis sur la touche, alors qu’elle est chargée de l’inspection du travail sur les installations nucléaires d’EDF.

Lire ce texte

texte en pdf

EDF tient les syndicats entre ses mains
par Thierry GADAULT, Blast (13 nov. 2021)

Un délégué syndical dénonce sans détours l’inaction de la direction mais aussi des syndicats face aux problèmes d’harcèlement, de discriminations et de suicides. Et met en cause les accords conclus depuis une vingtaine d’années, responsables de ce phénomène.

Lire ce texte

TRAVAILLEURS DU NUCLÉAIRE

 

 
# ASN ET TRANSPARENCE MENU
 

Les problèmes sur l'EPR TAISHAN 1 pourraient
avoir de lourdes conséquences sur la filière EPR

La CRIIRAD interpelle l'ASN et demande la plus grande transparence (27 nov. 2021)

 

La CRIIRAD a saisi l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) au sujet des graves dysfonctionnements qui affectent l’EPR de TAISHAN 1 révélés en juin 2021, et de leurs éventuelles implications pour la sûreté de l’EPR de Flamanville.

Les éléments recueillis suggèrent en effet que les ruptures des gaines de combustible radioactif proviendraient en particulier d’un défaut de conception de la cuve de l’EPR : il entrainerait une mauvaise répartition du flux hydraulique et par voie de conséquence des vibrations très importantes sur les assemblages, conduisant à des ruptures de gaines, une usure anormale des grilles de maintien des crayons, la dispersion de débris radioactifs dans le cœur du réacteur, avec de lourdes conséquences en terme de sûreté et de radioprotection pour les travailleurs et les riverains.

Si ces éléments sont avérés, ils pourraient concerner toute la filière des EPR (Taishan 2, Flamanville 3, Olkiluoto, Hinkley Point). Il convient de vérifier également si le design des EPR2 tient compte de ce retour d’expérience...

Courriel de la Criirad à l'ASN

 

Assainir l'ASN :

L'Autorité de Sûreté Nucléaire est-elle suffisamment rigoureuse ?
par François VALLET (29 janv. 2021)

 
 
# EPR : FUITES EN AVANT MENU

 

Fuite radioactive sur l'EPR de Chine

Le coup fatal pour le réacteur nucléaire français EPR

 

  L'opacité entretenue par le régime chinois empêche de connaître les conséquences précises de la fuite radioactive impliquant l'EPR n°1 de Taishan, dont la chaîne américaine CNN a révélé le 14 juin l'existence. En revanche il est d'ores et déjà possible d'analyser le déroulement de cette affaire et d'en prévoir certaines suites.
 

La défectuosité de l'étanchéité de gaines de combustibles de l'EPR de Taishan remonte à octobre 2020, c'est-à-dire qu'elle dure depuis plus de 8 mois : les co-exploitants du réacteur, les Chinois et les Français de Framatome, étaient de toute évidence parfaitement conscients de la gravité du problème et avaient conjointement décidé d'en cacher l'existence à la population mais aussi à l'AIEA. (...)

EPR : FUITES EN AVANT

 
 
# LE GRAND RETOUR DU GRAND RETOUR DU NUCLÉAIRE MENU

 

S’ils voient le jour, les petits réacteurs nucléaires
modulaires SMR produiront une électricité ruineuse

Tribune de Stéphane LHOMME, Le Monde (14 oct. 2021)

Vous avez probablement vu les images saisissantes de poulets dont la tête a été coupée et qui continuent à courir pendant quelques instants de façon erratique. Eh bien cette image est une assez bonne illustration de l’état de l’industrie nucléaire et de ses plus fervents partisans comme Emmanuel Macron. Un jour, ils assurent que l’avenir est aux « mastodontes » comme le fameux EPR, et ce malgré les incroyables déconvenues des chantiers de Finlande et de Flamanville. Le lendemain, voilà subitement que la solution passerait par les SMR. La panique qui s’empare ainsi des tenants de l’atome s’explique par une donnée incontournable : les réacteurs actuels sont en fin de vie et la plupart vont être définitivement arrêtés dans les dix à vingt ans, c’est-à-dire, lorsque l’on parle d’énergie, demain matin.

Lire cette tribune

Pétition :

NON à la construction de nouveaux
réacteurs nucléaires en France
(nov. 2021)

Le lancement de nouveaux chantiers de réacteurs EPR annoncé par Macron le 9 novembre, ne pourrait que se solder par un désastre industriel et financier, achevant de ruiner EDF… et la France.

Signer
la pétition
 

 

 

CLIMAT ET NUCLÉAIRE
 
# TRIBUNE MENU

 

Le nucléaire ne sauvera pas le climat

TRIBUNE cosignée par plusieurs organisations et soutenue par le collectif ADN (1° juin 2021)
publiée sur plusieurs supports de presse, dont Politis, Reporterre, Médiapart, Révolution énergétique

Le nucléaire pour sauver le climat ? Le croire est au mieux
une illusion techniciste, au pire une terrible hypocrisie.

Si la filière nucléaire tente plus que jamais de se repeindre en vert, cela n’a rien d’un souci sincère ou vertueux. C’est le fruit d’un choix stratégique et foncièrement politique. (...) Face à l’incendie climatique, Emmanuel Macron préfère allumer des contre-feux et fait comprendre depuis des mois son intention de relancer l’industrie nucléaire. En faisant diversion avec le nucléaire, le gouvernement cherche à diviser les forces au sein même du mouvement social et du mouvement écologiste. Mais nous, associations, organisations, collectifs ne sommes pas dupes. Nous luttons pour le climat et contre le nucléaire parce que nous savons que cette technologie et le modèle qui l'accompagne n'est pas une solution valable pour faire face aux urgences climatiques, sociales et démocratiques. (...)

Lire cette Tribune

 
 
# CLIMAT ET NUCLÉAIRE MENU

 

L'énergie nucléaire
réchauffe la planète et le climat

par François VALLET (nov. 2021)

Toute consommation d’énergie non renouvelable, ou combustion de biomasse, se transforme en chaleur qui s’accumule dans l’air, dans les sols et dans l’eau. Les centrales nucléaires, qui émettent beaucoup de chaleur par kWh produit, réchauffent le climat. Les faibles émissions de CO2 de l’énergie nucléaire sont systématiquement mises en avant. Manque de chance pour les dirigeants français, l’énergie nucléaire réchauffe la planète et le climat lorsqu’elle est utilisée à grande échelle pour la production d’électricité. Car les réacteurs nucléaires sont l’une des technologies les moins efficaces de transformation de l’énergie primaire en électricité, c’est-à-dire l’une des technologies qui réchauffe le plus l’environnement par unité d’électricité produite. (...)

Lire cet article le télécharger

 

Le climat
n'est pas bon
pour le nucléaire

Incendies, sécheresses, inondations : autant de phénomènes récurrents qui menacent de plus en plus l'intégrité des centrales nucléaires, situées en bord de mer ou le long de rivières pour permettre leur refroidissement.

 

 

CLIMAT ET NUCLÉAIRE

 
 
# DÉSINTOX MENU

L’Allemagne et son charbon : mythes et réalités (déc. 2020)

Après la catastrophe de Fukushima en 2011, l’Allemagne a décrété la sortie du nucléaire et décidé de développer fortement les énergies renouvelables. Une décision fort critiquée, principalement en France, championne du monde du nucléaire. Nos voisins germains sont accusés d’accroître leur consommation de charbon, ce qui entraînerait une augmentation de leurs émissions de CO2. Un mythe qui a toujours la vie dure…

 

 

Lire
ce texte

 
# ANALYSE MENU

En quoi le scénario Négawatt
gêne-t-il le mouvement antinucléaire ?

par Frelima GAMBREVA (dec. 2018)

Certains militants antinucléaires considèrent que le scénario Négawatt ouvre des perspectives en montrant qu'il est possible de se passer du nucléaire à horizon d'une vingtaine d'années. Cette vision d'un scénario énergétique qui, s'il était appliqué, conduirait progressivement à l'arrêt du nucléaire nous entraîne sur une fausse piste. Il avalise en effet la propagande nucléaire en laissant croire, primo, que le nucléaire civil est nécessaire pour satisfaire nos besoins énergétiques et, secundo, qu'il est indispensable à la lutte contre le réchauffement climatique.

Voir : « scénario négaWatt et nucléaire : évolutions au fil du temps »

 

 

 

AUTRES RUBRIQUES
 
# NUCLÉAIRE EN POLYNÉSIE MENU

 

Un film d'Emmanuel AMARA, 2022

Sous la présidence du général de Gaulle, la France se dote de la force de dissuasion nucléaire convoitée depuis le début de la Vème République. A quel prix ? Depuis les hésitations des décideurs politiques métropolitains sur le choix du lieu jusqu'aux conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques, ce film lève le voile sur une période de l'histoire polynésienne et postcoloniale française longtemps demeurée sous le signe du secret.

 
# TIRS ATOMIQUES DANS LE PACIFIQUE MENU

 

Macron face aux victimes des essais atomiques en Polynésie

Le pied à peine posé sur l'archipel, le 24 juillet 2021, Emmanuel Macron en visite en Polynésie appellait chacun à se faire vacciner. Dans son discours du 27 à Papeete, il s'est toutefois exprimé sur les conséquences des « essais » atomiques en Polynésie – « la part d'ombre » de la France – sujet sur lequel il était attendu. « La France a une dette envers la Polynésie » reconnait Emmanuel Macron, qui s'engage à « briser le silence pour faire entendre la vérité ». Pas d'excuses pour autant : « Il n'y a pas eu de mensonge, il y a eu des risques qui ont été pris, pas parfaitement mesurés parce qu'on ne les savait pas parfaitement, c'est vrai. »

Il n'y a pas eu de mensonges donc, mais en même temps, « Je ne peux pas vous demander d’avoir confiance en moi après qu’on vous ait menti si longtemps en ne partageant pas les informations, c’est vrai, et donc je pense que la confiance, ça se construit en disant tout, en partageant la totalité, en étant beaucoup plus transparent et c’est vrai qu’on n’a pas fait le boulot jusqu’à présent », avait-t-il pourtant déclaré quelques heures auparavant aux manifestants de l’association antinucléaire 193.

PACIFIQUE ATOMIQUE

 
 
# RAPPEL MENU

 

Appel à agir contre la réintoxication du monde (acte IV)

Appel collectif signé par une centaine d'organisations, dont le Collectif ADN (9 juil. 2021)

Vl'a le bon Vent
une chanson d'Anne MEYSSIGNAC

(...) Alors que la crise COVID semble s’atténuer mais que la méga-machine repart de plus belle, nous appelons une nouvelle fois à agir, le 17 septembre, partout sur le territoire contre les sites et projets destructeurs du vivant et des solidarités sociales. Car tandis que la crise du sanitaire s’atténue, avec elle disparaissent aussi les promesses d’un « Monde d’Après  », s’extirpant de l’impasse de celui d’avant. Que ce soit par des plans de relance industrielle sans aucune remise en question, ou la nécessité fumeuse de rembourser une dette fictive, la classe dirigeante mondiale est unanime : il faut que la sacro-sainte économie reparte, vite et fort. (…)

Le message est limpide : il y aura toujours de l’énergie du côté des gouvernant.e.s pour nier l’urgence à agir, jamais pour s’attaquer aux industriels et aux financiers et à leur responsabilité — pourtant abyssale — dans la catastrophe écologique.

Lire cet Appel

 
 
# NOS AMIS LES EXPERTS MENU

 

Jancovici… une imposture écologique

« Meilleur expert mondial du CO2 », « gourou », « génie absolu »… Qui est vraiment Jean-Marc Jancovici, polytechnicien au franc-parler et brillant vulgarisateur, adulé par certains et agaçant nombre d’experts ? Portrait d’un ingénieur concepteur du bilan carbone, nucléariste engagé dans la lutte contre le changement climatique, et prospère patron de PME.

 
En France, s’appuyant sur l’inquiétude liée à la crise climatique, une industrie d’État le nucléaire tente d’imposer ses « avantages » pour préserver le climat, en diffusant des informations souvent tronquées ou approximatives, voire mensongères. Parmi les personnalités au centre de ce travail de réhabilitation d’une industrie pourtant très malmenée, Jean-Marc Jancovici et ses réseaux, structurés autour d’une entreprise, Carbone 4, et d’une association : Le Shift Project. Hors, au-delà du discours de Jancovici sur la crise climatique, c’est une vision de la société qui se profile, une vision profondément réactionnaire qui se cache derrière un discours, en apparence, écologique.

Et l’influence de Jean-Marc Jancovici, fortement médiatisé, traverse désormais certains courants se réclamant de l’écologie, les influençant parfois. Nous pensons qu’il est indispensable que ces courants abordent les arguments de cet expert avec à l’esprit un certain nombre d’éléments : Qui finance les entreprises (et associations) liées à Jancovici ? D’où parle-t-il ? Que dit-il vraiment ? Quel intérêt peut-il en tirer ? Quelle vision du monde y a-t-il derrière ce discours ?

NOS AMIS
LES EXPERTS

 

Arguments pour militants écologistes, altermondialistes, anti-capitalistes confrontés au sein de leurs organisations au prosélytisme de militants pronucléaires infiltrés par François VALLET (déc. 2021)

Lire
ce texte

 
 
# TCHERNOBYL TOUJOURS MENU
 

Tchernobyl : 36 ans après,
la désinformation plus que jamais à l’œuvre

Des articles toujours plus nombreux réécrivent l’histoire du « Mensonge de Tchernobyl », le réduisant à une simple caricature qu’ils s’empressent ensuite de dénoncer. La mauvaise foi de certains auteurs est patente mais leur influence s’étend désormais à certains grands médias. Il est donc temps de faire face au révisionnisme ambiant : le mensonge de Tchernobyl n’est pas un mythe construit par des adeptes de la théorie du complot.

TCHERNOBYL 35 ANS

 
# FUKUSHIMA ENCORE MENU

 

Fukushima : 11 ans après, le rapport de l'UNSCEAR
présente des conclusions opposées à celles de plusieurs études indépendantes

Dans son rapport daté du 9 mars 2021, l’UNSCEAR stipule à propos de la catastrophe de Fukushima : « Le Comité estime que, sur la base des données disponibles, la forte augmentation (par rapport à celle attendue) du nombre de cancers de la thyroïde détectés chez les enfants exposés, n'est pas le résultat d'une exposition aux rayonnements » et impute l’augmentation à un « effet de dépistage » ou de « surdiagnostic ». La CRIIRAD s’élève contre cette conclusion catégorique et peu scientifique qui exclut toute contribution possible des rejets radioactifs de la centrale nucléaire de Fukushima.

FUKUSHIMA
10 ANS

 
 
# C'EST DE LA BOMBE MENU

 

Nucléaire civil et nucléaire militaire

Il faut s'opposer aux deux !


En France, Macron l’a dit : « sans nucléaire civil pas de nucléaire militaire et sans nucléaire miilitaire pas de nucléaire civil ».
Le mouvement antinucléaire n’avait pas attendu l’adepte du « en même temps » pour faire le lien entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire. Des raisons historiques l’expliquent très bien : production du plutonium pour la bombe, culte de la soi-disant « toute puissance » pour rentrer dans la cour des grands, fuite en avant dans la démesure et la grande entreprise de prédation. 

Sans nucléaire civil pas de nucléaire militaire et inversement. Il faut donc se débarrasser des deux.

Lire
la suite

COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF « ARRÊT DU NUCLÉAIRE » :

Suite à la visite du Président Macron
et de sa ministre de l'écologie au Creusot
(8 déc. 2020)

Il est grand temps d’arrêter de produire et disséminer dans l’environnement de la radioactivité destructrice des organismes vivants, d’arrêter de produire des déchets radioactifs extrêmement dangereux qu’il va falloir surveiller pendant des milliers d’année, d’arrêter de détruire l’économie du pays par des subventions massives à une industrie de guerre. Cette industrie est inacceptable et des dirigeants politiques soucieux de l’intérêt général devraient tout faire pour l’arrêter.

Lire
ce texte

 

NUCLÉAIRE CIVIL ET MILITAIRE

Le coût des armes nucléaires
par ICAN (juin 2021)

En 2020, les neuf États possédants l’arme nucléaire – États-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) – ont dépensé plus de 60 milliards € (72,6 mds $) dans leur arsenaux, soit plus de 113 900 € (137 000 $) par minute. Une augmentation de 1,16 mds €  par rapport à l’année 2019, et ceci malgré la crise du COVID-19. Ces données ressortent du rapport de ICAN.

Voir
le rapport
d'ICAN

Rapport 2022 du SIPRI
Armements, Désarmement et Sécurité Internationale

Après 35 ans de déclin, le nombre d'armes nucléaires dans le monde va repartir à la hausse lors de la prochaine décennie selon un rapport publié le 13 juin par The Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). La guerre en Ukraine s'est traduite par plusieurs références explicites du président russe Vladimir Poutine à l'usage de l'arme atomique. Certains pays, comme la Chine et le Royaume-Uni, mènent des plans de modernisation ou de développement de leurs arsenaux, indique l'institut.

Le résumé en anglais du rapport du SIPRI est à télécharger en cliquant sur l'image ci-contre :

Lire ici le communiqué de presse du SIPRI en français : https://www.sipri.org/sites/default/files/2022-06/2022_wnf_pr_fre.pdf

 

 

 
FRANCE 24, le 13 juin 2022

 

 

RESSOURCES
 
# TEXTES RESSOURCES MENU
 

Revue de presse trimestrielle
par L'OBSERVATOIRE DU NUCLÉAIRE

Télécharger
la dernière revue de presse

 

Non à la libération des matériaux contaminés dans le domaine public
par la CRIIRAD (mars 2021)

Signer cette pétition

 
     

Minimiser les impacts catastrophiques d’un accident nucléaire est en passe de devenir un grand classique

par Sezin TOPÇU et Nolwenn WEILER, mars 2019

Lire ce texte

 

L'arrêt immédiat du nucléaire est techniquement possible à l'échelle européenne

par Élisabeth BRENIÈRE
et François VALLET (juin 2019)

Lire ce texte

 
# SITES D'INFORMATION SUR LE NUCLÉAIRE ET SON MONDE MENU
     

Savoie Antinucléaire

Une revue de presse sur l'actualité du nucléaire
en France et dans le monde, proposée et tenue à jour par SAVOIE ANTINUCLÉAIRE.

Suivre l'actualité

 

Global Chance

GLOBAL CHANCE est une association de scientifiques qui s’est donnée pour objectif de tirer parti de la prise de conscience des menaces qui pèsent sur l’environnement global pour promouvoir les chances d’un développement mondial équilibré.

Consulter le site

     

La CRIIRAD

La CRIIRAD est une association d’intérêt général dont l’objectif est d’informer la population sur les risques liés à la radioactivité et ses impacts sur la santé et l’environnement. Elle produit et diffuse des informations indépendantes des autorités et des industriels, sur la base de ses recherches et des résultats issus de son laboratoire scientifique.

Consulter le site

 

Enfants Tchernobyl Belarus

ETB a été fondé à la demande du Professeur Vassili Nesterenko pour apporter à BELRAD une aide financière nécessaire à ses interventions, notamment des mesures de la contamination radioactive dans l'organisme des enfants.

Consulter le site

     

Athena 21

Le blog de Ben Cramer traite de géopolitique et de polémologie.

Consulter le site

 

Info nucléaire

Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.

Consulter le site

   
     

Homo Nuclearus

Homo nuclearus est un projet de LaTéléLibre visant à faire le point sur le nucléaire en France. Le puzzle atomique y est rassemblé selon des publications au long cours. 

Consulter le site

 

Le Blog de Fukushima

Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.

Consulter le site

     

Coordination antinucléaire du Sud-Est

La CANSE publie un site riche d'analyses sur l'actualité du nucléaire et de tribunes percutantes pour défendre l'arrêt immédiat du nucléaire.

Consulter le site

 

Coordination Stop Cigéo

Cette page fait simplement office de portail vers les différents supports de communication numériques de la lutte contre Cigéo, le projet de poubelle nucléaire à Bure dans la Meuse et la Haute-Marne.

Consulter le site

 
# GOODIES MENU
 
  La Gueule Ouverte
Le mouvement écologique français est né au lendemain des manifestations antinucléaires de 1971 dans lesquelles Fournier, bénéficiant du haut-parleur médiatique que représentait Charlie-Hebdo, a joué un grand rôle. En novembre 72 paraissait le premier numéro de La Gueule Ouverte, le journal qui annonce la fin du monde.
 

Vous pouvez télécharger tous les n° de « La Gueule Ouverte » (du n° 01 en 1972 au n° 314 en 1980), numérisés et mis en ligne par https://archivesautonomies.org.

 
  Survivre et Vivre

Le mouvement Survivre et la revue du même nom sont fondés à Montréal en juillet 1970, à l’occasion de l’intervention d’Alexandre Grothendieck dans un séminaire de mathématiques. Grothendieck est le premier et principal initiateur de cette histoire. Mathématicien renommé, il est aussi célèbre pour ses positions politiques franches, antiautoritaires et extrêmement critiques face à la technique.

 

Vous pouvez télécharger tous les n° de « Survivre et Vivre » (du n° 01 en 1970 au n° 19 en 1975), numérisés et mis en ligne par https://archivesautonomies.org.

   
     
  La Gazette Nucléaire
Le GSIEN, Groupement de Scientifiques pour l'Information sur l'Énergie Nucléaire, a été créé en 1975 suite à l’Appel « à propos du programme nucléaire français » de 400 scientifiques dont la moitié était des physiciens nucléaires. Depuis, le GSIEN suit et surveille sans discontinuer cette industrie dangereuse.
 

Composé de scientifiques, d’experts reconnus, de travailleurs du nucléaire et de militants, le Groupe s'est doté d'un journal "La Gazette Nucléaire" qui a publié près de 300 numéros et près de 200 dossiers thématiques et édité plusieurs livres. Plus que jamais, l’existence d’une expertise scientifique indépendante est nécessaire pour informer la population, contrôler les acteurs de la filière et interpeller le pouvoir politique.

> Site de « La Gazette nucléaire »

 
  SEBES - APAG2

Stratégies énergétiques, Biosphère et Société (SEBES) était une revue, en principe annuelle, lancée à Genève en 1990 par un groupe d'universitaires suisses et français. SEBES s'est transformée en 1996 en une collection des Editions Georg, dirigée par M. Hervé Lethier, Philippe Lebreton et Ivo Rens.

> Site de SEBES

 

« L’Appel de Genève », lancé en 1978 par un groupe issu de l’Université de Genève, visait à alerter les élus politiques et le Parlement Européen contre la société du plutonium et le surrégénérateur de Super-Phénix à Creys-Malville. En 2013, un second Appel est lancé face à la désinformation chronique observée suite à Fukushima : « L’Appel de Genève 2 ».

> Blog de l'Appel de Genève 2

 

 

     

L'AN 01

« On arrête tout, on réfléchit et c'est pas triste »

Un film écrit par Gébé,
réalisé par Jacques Doillon,
avec Alain Resnais et Jean Rouch, 1973

 

 

 


© AMBE

Contaminés de tous les pays, unissez-vous !

Le combat contre la politique nucléaire-atomique est une action de légitime défense.
L'impératif de protection de la société n'est ni de droite, ni de gauche,
ni technophobe, ni rétrograde, ni libéral, ni socialiste : il est vital et universel.
Il faut détruire les machines nucléaires qui nous tuent et congédier les chefs d'État qui nous trahissent.